Récit

Je suis retournée à l’école 2

Le jour où j’ai failli tout abandonné parce que courir, c’est pas mon truc !

Le 2 février dernier, je vous entretenais sur mon retour à l’école. À ce moment, je ne venais que mettre le premier pied dans le laboratoire de cuisine pour apprendre à confectionner des tartes. Et si j’adore cuisiner des pâtisseries, mon corps qui date de l’autre siècle semble avoir de la difficulté à suivre le mouvement.

C’est la folie en cuisine. On pèse, on façonne, on cuit, on court à vitesse hypersonique ! Moi, qui était habituée à un rythme de vie plus « Slow food, slow life »… me voilà hors de mon mode de vie. Et je ne parle pas de la pédagogie. Non ! Je n’en parle pas si ce n’est pour dire que la pédagogie par compétence diffère grandement du mode socioconstructiviste que je connaissais et de la vision écosociale de l’apprenant qui a fait les beaux jours de mes études de maîtrise !?!?

Enfin ! Si j’oublie tout cela et que j’essaie d’arrêter le chercher le fondement derrière la recette de pâte, je m’en sors tout de même bien lorsque mon corps suit la cadence. Mais au début du mois, après une grippe, un manque de sommeil flagrant, d’une journée horrible à faire des biscuits de formes bizarres, de sentiment d’incompétence, de « Vais-je vraiment passer une partie de ma vie à courir dans une pâtisserie à faire des biscuits identiques qui relèvent plus de l’industrialisation que de l’artisanal ? » et d’un cauchemar où un bonhomme de pâte me poursuivait, il me fallait réfléchir.

Aussi, j’ai pris une journée pour raison personnelle afin de pouvoir réfléchir. J’en ai aussi discuté, fait des listes et revu le pourquoi je m’étais inscrite. Je voulais faire des gâteaux T R AN Q U I L L E M E N T-A R T I S T I Q U E M E N T une à un, à la pièce, des pièces remplies d’histoires. Ou pourquoi ne pas rédiger un roman sur cet univers, élaborer la théorie du gâteau, des pâtes feuilletées, des chocolatines, de la confiserie et de la crème glacée ☺.

Devant tout ça, je me dis que je dois rester. Il me reste encore une multitude de choses à apprendre, de connaissances à recevoir ne serait-ce que pour servir la créativité qui mènera vers une belle histoire. Mais aussi, quelque part, fabriquer de belles pâtisseries, par après, lorsque le temps ne sera plus une condition, qu’il sera plutôt un allié dans l’accomplissement de ce nouveau projet de vie… Celli

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s