Gâteaux et Pâtisseries

Crème au beurre et souvenirs

Quelle plus belle activité par un jour de pluie — et qui sait que nous en avons eu — que de faire ce que l’on remet toujours faute de temps : Trier les photos. Et qu’est-ce que j’ai revu, les photos de la fête de naissance de mon fils et le gâteau en forme de berceau avec la décoration de plastique du petit bébé endormi les fesses en l’air. C’était il y a 25 ans…

RognerÀ la vue de ces souvenirs, je me suis demandé ce que j’aurais aimé avoir comme gâteau si cette naissance avait eu lieu cette année : Gâteau vanille, crème au beurre vanille et ourson sculpté dans la pâte d’amande. Le voici ↓

P1090378

 

Celli

Les envolées de Celli

Les médias sociaux

Est-ce que je suis accroc? Pour certains, la réponse serait « oui »; pour d’autres, « moyen ». Mais certainement pas « pas du tout ». Depuis le jour où j’ai retrouvé des amis-es en m’inscrivant sur Facebook, je me suis mise à l’ère du média social avec autant d’engouement que de prudence.

Je passe une grande partie de mes semaines à la maison à travailler en solo devant mon ordinateur. Outre communiquer une pensée sur Facebook, il n’y a qu’avec ma famille qu’il m’est possible de m’exprimer. Sans ces communications, ces interactions humain-machine, il n’y aurait que la télévision ou la radio pour me tenir compagnie. Et comme nous le savons tous, la télé ne répond pas quand on lui parle!! 🙂

Les médias sociaux ont démocratisé jusqu’à un certain point la communication en permettant une interaction plus large, plus libre entre les gens, si minime soit-elle. Quelque part, quelqu’un regarde, lit, interagit ou pas, aime ou pas, Par contre, dans cet océan de personnes aux idées multiples, comment se démarquer? Ou comment toucher des dizaines de personnes et être une source de réconfort, de joie, de preuve d’existence dans leur journée.

Publier nous inscrit dans le monde et parfois, du fond de notre solitude ça nous permet d’exister.

Cependant, les médias sociaux ont aussi leurs effets pervers, car certains êtres sans scrupules en profitent pour déverser leur haine parce qu’ils ont une possibilité d’anonymat et d’évitement du regard de l’autre. Mais en donnant la chance à plusieurs de communiquer avec distinction leurs passions, ils sont devenus utiles ou distrayants. Et ça, c’est magique!

Suis-je accroc? Oui, mais pas dépendante. C’est là toute la subtilité de l’affaire.

 

Celli 🙂