Fêtes et événements, Gâteaux et Pâtisseries

Bûche de Noël

Bûche de Noël vanille / Confiture de framboises

Bûches choco-érable

Gâteau

4 oeufs entiers

4 oeufs blancs et jaunes séparés

180 ml (3/4 tasse) de sucre

180 ml (3/4 tasse) de farine tout usage

62 ml (1/4 tasse) de sucre

Confiture de framboises

 

Placer la grille au milieu du four et chauffer à 190°C (370°F).

Tapisser une plaque à biscuits de 43 X 30 cm (17 X 12 po) de papier parchemin en laissant dépasser sur les deux côtés les plus long.

Beurrer et fariner généreusement.

Dans un bol, verser les blancs d’oeufs et fouetter jusqu’à ce qu’ils forment des pics mous. Ajouter la première quantité de sucre et continuer de fouetter jusqu’à l’obtention de pics fermes (meringue). Réserver.

Dans un autre bol, fouetter les oeufs entiers, les jaunes avec la deuxième quantité de sucre jusqu’à ce qu’à ce que le mélange forme un ruban..

Incorporer délicatement la farine.

Lorsque le mélange est homogène, incorporer délicatement à l’aide d’une spatule, lameringue.

Étaler sur uniformément sur la plaque et cuire au four de 8 à 10 minutes ou jusqu’à ce qu’un cure-dent ressorte propre lorsque piqué au centre du gâteau.

Sortir du four et retourner sur un linge propre.

Garnir de confiture de framboises et rouler à l’aide du linge.

Lorsque refroidi, étaler le glaçage et décorer.

 *** *** ***

Glace au beurre rapide à la vanille

 75 ml (1/3 tasse) de beurre doux

1 oeuf

500 ml (2 tasses) de sucre à glacer

5 ml (1 c. à thé) vanille

 

Défaire le beurre en crème puis ajouter l’oeuf.

Ajouter le sucre à glacer graduellement et battre jusqu’à ce que la glace soit lisse.

Ajouter la vanille.

Fêtes et événements, Récit

JOYEUX NOËL!

Au détour du millénaire – Noël 1999

Numériser0001

Noël apporte parfois son lot de situations difficiles, d’imbroglio familiaux, de solitude, d’organisation difficile, d’estomac magané, de cadeaux décevants… Mais ces moments sont sporadiques, isolés, historiques. Et lorsqu’ils surviennent, il faut faire le vide et se concentrer sur un beau souvenir de Noël. Un souvenir joyeux, appétissant, unique.

Moi, c’est mon Noël de 1999,  que j’aime me remémorer.

À mes yeux, il a été parfait!

Il y avait de la bonne humeur, des gens que j’aime, un cactus de Noël, un buffet énorme et délicieux, de la musique de circonstance, des enfants joyeux et bien sûr, le Père-Noël.

Le millénaire se terminait pour ma famille de manière festive et lumineuse. Et c’est de cela dont je veux me rappeler lorsque le temps me bouscule et que je pense que je n’arriverai pas à Noël en même temps que tout le monde. Ou que je désire pour une année au moins, sauter Noël et réapparaître fraîche et dispose après une vacances au loin bien méritée, je pense à ce dernier Noël du vingtième siècle 🙂 !

Celli

Au fil des saisons

Splendeurs et misères de l’hiver

Premier jour de l’hiver, mais  cette année, difficile de constater que nous entrons dans cette période de latence. Peu ou pas de neige, peu ou pas de gel pour alimenter le frigidaire du Bon Dieu comme dirait ma mère. Et donc, tous les desserts resteront dans le frigo électrique à l’intérieur. Pas de périple dans le tambour pour aller chercher les beignes et les biscuits.

Les hivers se suivent et ne se ressemblent pas. L’an dernier, les moins 25°C, 30°C et je ne parle pas du facteur vent! Alors que cette année, l’hiver est doux. Les Celsius sont restés, début décembre, au-dessus de la barre du zéro. L’idée d’un Noël blanc semble peu possible.

Lorsqu’enfin dans la journée du 15 décembre, la neige est arrivée et que le mercure est resté sous les zéros, alors j’ai pu espérer que je l’aurais mon Noël blanc… Mais finalement, peut-être pas selon les prévisions!? Le réchauffement climatique fait son oeuvre et on dirait parfois que personne ne s’en inquiète. C’est pourtant le cycle des saisons qui fait que la nature ne souffre pas et en corollaire, les humains non plus.

Et pourtant, je ne suis pas une amoureuse de l’hiver, juste de la pensée féérique du Noël blanc, du feu de foyer, du chalet dans le bois, de la promenade sous les conifères remplis de neige et de la possibilité du temps qui s’arrête pour se refaire une santé, pour s’inspirer, pour s’aimer. Sauf qu’aujourd’hui, on ne s’arrête plus. Il a beau y avoir des dizaines de centimètres de neige, de la pluie verglaçante, on monte dans notre voiture, on se déplace faisant fi de la sécurité. L’économie doit continuer. On ne sait plus s’arrêter. On ne sait plus prendre le temps. On ne sait plus regarder la nature le matin et prendre la bonne décision. Tout nous pousse à avancer.

Cet hiver, j’aimerais que nous les humains, nous ayons envie de prendre le temps, le temps de faire la paix, le temps de faire attention à la nature qui nous entoure et aux humains également, de prendre le temps de faire la différence dans votre vie, dans une vie, dans la vie.

Celli

Menus et recettes, Pâtisseries en tous genres

Party de biscuits

ga-to.ca                                                                         wallpaper.eu

 

Biscuits à la menthe

625 ml (2 tasses 1/2) de farine tout usage

1 ml (1/4 c. à thé) de sel

250 ml (1 tasse) de beurre non salé, ramolli

250 ml (1 tasse) de sucre

15 ml (1 c. à soupe) d’essence de vanille

5 ml (1 c. à thé) d’essence d’amande

Colorant liquide ou en gel vert

 

Mélanger la farine et le sel dans un bol et réserver.

Au malaxeur, crémer le beurre avec le sucre.

Ajouter les essences de menthe et de vanille. Bien mélanger.

À basse vitesse, ajouter la farine et le sel.

Lorsque bien amalgamé, façonner 2 boules.

Abaisser à 2.5 cm (1 pouce) la première boule blanche en un rectangle.

Colorer le deuxième avec le colorant vert et l’abaisser comme la première abaisse blanche.

Déposer l’abaisse verte sur la blanche et à partir du bout le plus court, former un rouleau.

Emballer le rouleau dans une pellicule plastique et réfrigérer 1 heure.

Peut être conserver ainsi 4 jours au réfrigérateur.

 

Après 1 heure, chauffer le four à 180°C (350°F).

 

Avec un couteau bien aiguisé, couper des les deux bouts du rouleau puis découper des tranches de 5 mm (1/4 pouce) d’épais.

Déposer-les sur une plaque munie d’un papier parchemin à 2.5 cm (1 pouce) d’intervalle.

Cuire pendant 10 minutes une plaque à la fois.

Sortir du four et laisser refroidir 3 minutes sur la plaque avant de terminer le refroidissement sur des grilles.

Se conserve dans un contenant hermétique 2 semaines au frigo et 1 mois au congélateur.

 

Biscuits au beurre

875 ml (3 tasses 1/2) de farine tout usage

2.5 ml (1/2 c. à thé) de sel

375 ml (1 tasse 1/2) de beurre non salé, ramolli

180 ml (1/4 tasse) de cassonade

125 ml (1/2 tasse) de sucre

5 ml (1 c. à thé) de vanille

1 oeuf

 

Mélanger la farine et le sel dans un bol et réserver.

Au malaxeur, crémer le beurre avec le sucre et la cassonade.

Ajouter l’oeuf et la vanille et bien mélanger.

À basse vitesse, ajouter la farine et le sel.

Lorsque bien amalgamé, façonner 4 disques. Emballer-les dans une pellicule plastique et réfrigérer 30 minutes.

 

Après 30 minutes, chauffer le four à 180°C (350°F).

 

Sur un plan de travail enfariné, abaisser les disques un à un à 5 mm (1/4 pouce) d’épaisseur.

Découper avec des emporte-pièces de formes différentes. Utiliser les retailles.

Répartir les formes sur des plaques à cuisson recouverte d’un papier parchemin.

Cuire au four un plaque à la fois environ 12 minutes ou jusqu’à ce que les biscuits soient légèrement dorés.

Laisser refroidir avant de décorer.

 

Biscuits au chocolat

180 ml (3/4 tasse) de farine tout usage

125 ml (1/2 tasse) de cacao tamisé

1 ml (1/4 c. à thé) de sel

125 ml (1/2 tasse) de beurre non salé, ramolli

125 ml (1/2 tasse) de sucre

1 oeuf

 

Mélanger la farine, le cacao et le sel dans un bol et réserver.

Au malaxeur, crémer le beurre avec le sucre.

Ajouter l’oeuf et bien mélanger.

À basse vitesse, ajouter les ingrédients secs.

Lorsque bien amalgamé, façonner 1 disque. Emballer-le dans une pellicule plastique et réfrigérer 1 heure.

 

Après 1 heure, chauffer le four à 180°C (350°F).

 

Sur un plan de travail enfariné, abaisser les disques un à un à 5 mm (1/4 pouce) d’épaisseur.

Découper avec des emporte-pièces de formes différentes. Utiliser les retailles.

Répartir les formes sur des plaques à cuisson recouverte d’un papier parchemin.

Cuire au four un plaque à la fois environ 12 minutes ou jusqu’à ce que le pourtour des biscuits soit craquant.

Laisser refroidir avant de décorer.

 

Biscuits pain d’épice

750 ml (3 tasses) de farine tout usage

2.5 ml (1/2 c. à thé) de bicarbonate de soude

5 ml (1 c. à thé) de gingembre moulu

2.5 ml (1/2 c. à thé) de cannelle moulue

1 ml (1/4 c. à thé) de clou de girofle moulu

1 ml (1/4 c. à thé) de sel

125 ml (1/2 tasse) de beurre non salé, ramolli

250 ml (1 tasse) de cassonade

60 ml (1/4 tasse) de mélasse

45 ml (3 c. à soupe) de lait

1 oeuf

 

Mélanger la farine, le bicarbonate de soude, les épices et le sel dans un bol et réserver.

Au malaxeur, crémer le beurre avec la cassonade.

Ajouter l’oeuf et bien mélanger.

À basse vitesse, ajouter le mélange de farine en alternant avec le lait.

Lorsque bien amalgamé, façonner 2 disques. Emballer-les dans une pellicule plastique et réfrigérer 1 heure.

 

Après 1 heure, chauffer le four à 180°C (350°F).

 

Sur un plan de travail enfariné, abaisser les disques un à un à 5 mm (1/4 pouce) d’épaisseur.

Découper avec des emporte-pièces de formes différentes. Utiliser les retailles.

Répartir les formes sur des plaques à cuisson recouverte d’un papier parchemin.

Cuire au four un plaque à la fois environ 12 minutes ou jusqu’à ce que les biscuits soient légèrement dorés.

Laisser refroidir avant de décorer.

 

Glace royale (pour 45 biscuits environ)

1 blanc d’oeuf

375 ml (1 tasse 1/2) de sucre glace

Colorant alimentaire liquide ou en gel

 

Mélanger les ingrédients jusqu’à la formation d’une pâte épaisse et lisse.

Séparer la glace royale selon le nombre de couleurs désirées.

Mélanger les colorants à la glace.

Si la glace n’est pas utilisée immédiatement, couvrir la surface d’un film plastique pour l’empêcher de sécher.

Réfrigérer avec la pellicule plastique si l’utilisation est différée de quelques heures.

 

Outils pour le façonnage et la décoration

Rouleau à pâte

Emporte-pièces

Spatule à glaçage

Poches et douilles

Ensemble d’outils de décoration

Cornet de papier parchemin

Glaçage royal

Tubes de gel décoratif

Colorant en gel ou liquide

Billes, confettis (sprinklers) décoratifs

Plusieurs petits bols pour les différentes couleurs de glaçage royal

 

Fêtes et événements, Menus et recettes, Pâtisseries en tous genres

Menu des fêtes 1982

Aspic au fromage cottage

Velouté flambé au Beefeater

Dinde rôtie

Farce porc et boeuf de Claudette Taillefer

Barres Nanaimo

Gâteau aux fruits

***

 

Aspic au fromage cottage

 2 sachets de gélatine neutre

1 ml (1/4 c. à thé) de sel

Dissoudre dans 250 ml (1 tasse) de lait bouillant. Laisser refroidir.

 

500 ml (2 tasses) de fromage Cottage

250 ml (1 tasse) de mayonnaise

30 ml (2 c. à soupe) d’olives farcies hachées fin

Partie verte de 2 échalotes hachée fin

Mélanger.

 

Ajouter ce mélange à la gélatine.

Laisser prendre au froid dans un moule.

Démouler et décorer au goût.

Servir avec des craquelins ou des chips de maïs.

 

Velouté flambé au Beefeater

 4 tomates bien mûres ou 1 petite de boîtes de tomates en conserve

30 ml (2 c. à soupe) de beurre

30 ml (1 once) de beefeater

500 ml (2 tasses) de consommé de boeuf

5 ml (1 c. à thé) de sucre

62 ml (1/4 tasse) de crème

2,5 ml (1/ c. thé) de sauce Worcestershire

2 gouttes de Tabasco

Sel et poivre au goût

 

Blanchir les tomates mûres, enlever la pelure et les pépins ou verser le contenu de la boîte de tomates dans un caquelon où le beurre a commencer à mousser.

Laisser cuire environ 15 minutes.

Flamber au Beefeater.

Lorsqu’il n’y a plus de flamme, ajouter le consommé, la sauce Worcestershire, le sel, le poivre, le sucre et le Tabasco et laisser bouillir pour réduire de moitié.

Retirer du feu et ajouter la crème.

Servir immédiatement.

La recette peut se faire jusqu’au moment d’ajouter la crème et être réfrigérée. Il suffit d’ajouter la crème et de réchauffer avant de servir.

 

Dinde rôtie

1 dinde

Herbes

Beurre

 

Aujourd’hui, la plupart des dindes sont prêtes à être enfournées. Donc, acheter une de ces dindes et avant de la mettre au four selon les instructions du producteur, la frotter avec du beurre et y parsemer vos herbes préférées (origan, basilic, sauge). Sel et poivre si désiré.

Je fais toujours la farce à part. (Ha! Ha! Farce à part) Je ne sais pas mais juste l’idée de la mettre à l’intérieur de la dinde me donne des frissons de type Mr Bean. (Voir épisode de Noël)

 

Légumes : Carottes, pommes de terre, brocoli vapeur pour un ensemble de couleurs.

 

Farce au riz

250 ml (1 tasse) d’oignons

250 ml (1 tasse) de céleri

15 ml (1 c. à table) de beurre

227 g (1/2 livre) de porc haché

227 g (1/2 livre) de veau haché

500 ml (2 tasses) de riz cuit

250 ml (1 tasse) de chapelure

250 ml (1 tasse) de champignons sautés

500 ml (2 tasses) de bouillon de poulet

Sel et poivre

2 oeufs défaits

 

Cuire le riz.

Faire revenir l’oignon et le céleri dans le beurre.

Ajouter la viande et cuire 30 minutes.

Faire revenir les champignons en lamelles dans 15 ml (1 c. à table) de beurre.

Défaire les oeufs à la fourchette.

Ajouter la viande, le riz, les champignons, la chapelure, le bouillon de poulet, les oeufs et les assaisonnements. Mélanger délicatement.

 

Barres Nanaimo

Premier étage

125 ml (1/2 tasse) de beurre fondu

1 carré de chocolat non-sucré

1 oeuf battu

5 ml (1 c. à thé) de vanille

500 ml (2 tasses) de chapelure de biscuits Graham

 

Fondre le beurre et le chocolat ensemble.

Mélanger l’oeuf avec la vanille.

Mélanger les deux premiers mélanges à la chapelure.

Presser au fond d’un plat carré de 20 X 20 cm (8 X 8 pouces). Réfrigérer.

 

Deuxième étage

62 ml (1/4 tasse) de beurre

60 ml (4 c. à table) de lait

500 ml (2 tasses) de sucre glace

5 ml (1 c. à thé) de vanille

 

Défaire le beurre en crème puis ajouter le sucre poudre et  bien mélanger.

Verser sur le premier mélange et laisser prendre au réfrigérateur.

 

Troisième étage

1 carré 1/2 de chocolat semi-sucré

15 ml (1 c. à table) de beurre

 

Fondre le chocolat et le beurre.

Étendre sur les deux autres étages bien refroidis et pris.

Lorsque bien réfrigéré, découper en petits carrés.

 

Gâteau aux fruits

 

Fruits et noix

250 ml (1 tasse) de fruits confits mélangés

125 ml (1/2 tasse) de cerises rouges confites et dénoyautées

125 ml (1/2 tasse) de dattes séchées, dénoyautées et coupées en deux

125 ml (1/2 tasse) de raisins secs

125 ml (1/2 tasse) de canneberges séchées

125 ml (1/2 tasse) de demi-pacanes

125 ml (1/2 tasse) de d’amandes entières blanchies ou non

Mélanger tous les fruits et noix. Réserver.

 

Gâteau

180 ml (3/4 tasse) de farine tout usage

1 ml (1/4 c. à thé) de bicarbonate de soude

1 ml (1/4 c. à thé) de sel

1 ml (1/4 c. à thé) de cannelle moulue

1 ml (1/4 c. à thé) de muscade moulue

125 ml (1/2 tasse) de beurre non salé, température pièce

125 ml (1/2 tasse) de cassonade

2 oeufs

250 ml (1 tasse) de cognac ou Grand Marnier, environ

 

Placer la grille au centre du four. Chauffer le four à 180°C (350°F).

Beurrer 3 moules à pain et tapissés d’un papier parchemin en le laissant dépasser sur deux côtés.

Mélanger la farine, le bicarbonate de soude, le sel et les épices. Réserver.

Défaire le beurre et la cassonade en crème au malaxeur ou à la mixette.

Ajouter les oeufs un à un en battant jusqu’à ce que le mélange soit lisse.

À basse vitesse, incorporer les ingrédients secs.

À la spatule, incorporer les fruits et noix.

Répartir dans le mélange dans les moules et cuire 40 à 45 minutes ou jusqu’à ce qu’un cure-dent inséré au centre ressorte propre.

Laisser refroidir, démouler et terminer le refroidissement sur une grille.

Badigeonner les gâteaux avec 30 ml (2 c. à soupe) de cognac ou de Grand Marnier.

Répéter l’opération deux fois par semaine pendant un mois.

Garder au frais dans un contenant ou un sac hermétique jusqu’au moment de servir.

Servir en tranche fine.

Roman graphique des Années '80

Le scrapbook d’Élodie Lec 1982

Hiver 1982

L’hiver dans les campagnes, il n’y a pas grand-chose à faire si on ne skie pas, on ne patine pas ou on ne raquette pas. La seule chose qui nous reste, c’est le centre paroissial, son casse-croûte, ses allées de quilles et bien sûr, son cinéma. J’y vais presque toutes les semaines, sauf celles où il y a un film pour adulte. Hum! C’est à croire que l’hiver, les adultes s’ennuient aussi!!??

À la salle de quilles où nous glandons, je rencontre Daniel. Daniel et Élodie. Élodie et Daniel. Là, ce ne sont plus les films qui m’intéressent, mais le casse-croûte et notre table à Daniel et moi.

Élodie (et Daniel Y)

 

Printemps 1982

Je trouve que je ne vois pas Daniel assez souvent. Comme nous n’allons pas à la même école, je ne le vois que la fin de semaine.

Heureusement, l’été arrive et avec cela, mes dernières semaines au secondaire. Et ensuite, LIBÉRATION! Avoir survécu à cinq ans d’éducation dans un collège privé qui avait oublié de vivre avec son temps est en soit un acte de bravoure. Même si j’y ai reçu une belle INSTRUCTION et que j’ai pu y rencontrer des gens intéressants, mes souvenirs à quelques heures de terminer sont mi-figue mi-raisin.

Mais c’est quand même cette année-là que j’ai réussi ma seule performance sportive à vie : une 4e place aux olympiades pour le saut en hauteur. À moins que mon nom n’apparaisse quelque part comme étant la personne qui a reçu le plus de boutons de participation!!??

Ce fut aussi mon oral de fin d’année le plus réussi : Les mœurs et coutumes des courtisans à Versailles aux 17es et 18es siècles. Intéressante recherche sur laquelle j’avais travaillé tellement fort. Splendeurs et misères des courtisanes d’Honoré de Balzac, livre touffu, mais combien instructif! D’ailleurs, ce n’est que grâce à lui que j’ai pu explorer ce sujet. Parce que je n’allais tout de même pas faire offense aux bonnes moeurs. Hum!

Élodie

 

Été 1982

C’est enfin le bal des finissants. Je suis accompagnée par Daniel. Mais « Oh disgrâce! », il n’a que 15 ans! Il m’a caché son âge! C’est un bébé! Il a l’âge de mon petit frère! Je suis repartie à pied dès la fin du souper afin d’appeler mon père pour qu’il vienne me chercher au plus vite dans un truck-stop non loin de la salle de bal.

Ma peine (ou plutôt ma honte) est de courte durée. Début juillet, lors d’un festival, je rencontre Guillaume. Il a 18 ans et a une voiture —j’ai vérifié son permis de conduire. ☺

Nous passons l’été à nous promener en voiture dans les alentours ou à glander sur le bord du quai avec les amis. Ensemble, nous allons souvent au ciné-parc voir des films. Enfin voir est un bien grand mot J. Heureusement que je suis auditive, je peux répéter des répliques et justifier ainsi que J’ai vu le film. Surtout ceux que j’ai vu deux fois comme Rien que pour vos yeux avec Roger Moore que j’avais déjà vu au printemps.

Enfin je vis! Je vis, je ressens, j’aime pour vrai. Pas par lettre, pas par les livres.

Malheureusement, c’est un amour d’été.  Nous partons tous les deux étudier à une trop grande distance l’un de l’autre. Et les amours par lettre, moi, je n’en veux plus.

Élodie sans Guillaume L

 

Automne 1982

Une demi-session de faite et je sais déjà que je vais aller terminer non DEC en lettres dans une plus grande ville. Le CÉGEP de ma région n’est pas assez loin de mon histoire avec Guillaume. Partout où je vais, il y a un souvenir de lui. J’ai déjà fait une demande dans un CÉGEP de Québec pur commencer en janvier. J’attends la réponse avant de me chercher un appartement. D’ici là, je retourne à mes anciennes amours : les livres.

É.

https://cellirelcenecrivaine.wordpress.com/2015/12/13/menu-des-fetes-1982/

Fêtes et événements, Menus et recettes

Avent

C’est l’avent et quoi de mieux que de bien se préparer pour une fête réussie  🙂 !

À faire 4 semaines avant

Envoyer les cartes de Noël;

Installer votre calendrier de l’Avent;

Envoyer ou faire les invitations pour le réveillon ou souper de Noël;

Sortir les décorations et décorer ☺;

Emballer les cadeaux et cacher ceux qui ne font que narguer les petits curieux ☺;

Écrire ne lettre au Père-Noël ☺;

À faire 3 semaines avant

Acheter les derniers cadeaux;

Commencer la confection des pâtisseries à congeler : biscuits (congélation de la pâte non cuite), gâteaux (congélation gâteaux cuits), Tartes et pâtés à la viande (congélation tartes et pâtés cuits), plats cuisinés pour les imprévus (congélation boeuf bourguignon, sauce à spagetti);

Poster les cadeaux pour les amis et la famille qui vivent au loin;

Terminer les décorations si besoin.

À faire 2 semaines avant

Planifier le réveillon ou le souper de Noël;

Planifier l’agencement de table.

À faire 1 semaine avant

Terminer tout ce qui concerne les cadeaux;

Aller au marché et acheter tout ce dont vous avez besoin pour votre menu;

Commencer la cuisine qui peut être faite à l’avance. (Cuire les biscuits et les décorer, rouler la bûche et faire le glaçage et la glacer, cuire la dinde, etc. selon le menu choisi);

Faire le ménage de la maison;

Choisir les vêtements que l’on veut porter et les préparer;

Choisir la musique pour la fête.

À faire la veille de Noël

Préparer et cuire les éléments de votre repas;

Préparer la table et l’espace où vous recevrez les invités;

Recevoir les invités et profiter de la fête ☺.

Celli