La Bouquinière

Le vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire

 

Le vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire[1] de Jonas Jonasson

(Presses de la cité, 2011 – 2014 édition de collection)

Que dire du vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire? Tout simplement délicieux. Qui n’a pas voulu un jour, juste une fois, qu’on ne fête pas son anniversaire ou du moins qu’on lui demande s’il en avait le goût cette année? Eh bien! Allan Karlsson lui n’en voulait pas de fête pour son 100e anniversaire, alors que fait-il? Il se sauve de sa résidence pour personnes âgées et part à l’aventure.

Un billet de bus, une valise, une destination glauque, un éléphant, des amis tout aussi colorés voilà les ingrédients pour faire de la fuite d’Allan un périple à l’image de sa vie. Car, Allan Karlsson aurait pu et même dû avoir une vie banale, mais les événements, ses choix de vie, ont fait qu’il a eu une vie hors de l’ordinaire. Il a fréquenté de grands chefs d’État, appris plusieurs langues, vu le monde et mené sa vie apolitique selon une éthique bien à lui, ni tout à fait à droite ni tout à fait à gauche.

Cette histoire rocambolesque nous tient en haleine et en humour jusqu’à la fin même s’il est parfois  difficile d’y croire. Et c’est là tout le talent de Jonas Jonasson pour nous rendre cette saga irrévérencieuse remplie des péripéties du centenaire qui pourrait être assimilée à un Forest Gump suédois.

Et lorsque l’on termine le livre, on s’ennuie déjà d’Allan.

Celli

[1] Le vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire est également un film de Félix Hergen avec Robert Gustafsson dans le rôle d’Allan Karlsson, 2014.

******************************************************

Questions

et discussions dans le cadre d’un club de lecture

 

  1. Comment avez-vous vécu l’aventure d’Allan Karlsson? De manière trop réaliste? Avec fantaisie?
  2. Que pensez-vous de l’éthique d’Allan Karlsson?
  3. Est-ce que la lecture de ce livre vous fait penser de manière différente au sort des personnes âgées?
  4. Avez-vous aimé l’humour de cette histoire?
  5. Que feriez-vous si vous saviez que vous alliez vivre jusqu’à 100 ans?

 

Menus et recettes, Pâtisseries en tous genres

Menu plus léger

Eau citronnée ou Consommé de poulet

Papillote de poisson

ou

Mini coupe feuilletée de poulet au Cari

Jardinière de légumes vapeur

Yaourt Muesli

***

Eau citronnée

1 litre d’eau

1 citron

15 ml (2 c. à thé de sucre)

Mélanger les ingrédients et laisser reposer environ 1 heure au frigo.

Déguster.

 

Consommé de poulet

2 litres (8 tasses) de bouillon de poulet

250 ml (1 tasse) de carottes en dés

Quelques feuilles de céleri

125 ml (1/2 tasse) de poulet cuit coupé en cubes

Poivre

 

Faire cuire les carottes et les feuilles de céleri dans le bouillon de poulet.

Ajouter le poulet et poivrer.

Continuer la cuisson à feux doux pendant 30 minutes.

 

Papillote de poisson

1 filet de sole

10 ml (2 c. à thé) de beurre

2.5 ml (1/2 c. à thé de thym séché

1 pincée de poivre

2 tranches de citron

 

Chauffer le four à 180°C (350°F).

 

Huiler légèrement le centre d’un carré de papier d’aluminium.

Déposer le filet de sole.

Parsemer du beurre, du thym et du poivre et terminer par les deux tranches de citron.

Refermer le papier d’aluminium pour former une papillote.

Cuire de 10 à 15 minutes ou jusqu’à ce que le poisson soit opaque.

Donne 1 portion.

 

Mini coupes feuilletées au poulet et cari

 1 feuille de pâte phyllo

15 ml (1 c. à table) beurre fondu

1 petite poitrine de poulet désossée, cuite et coupée en dé

1 petite branche de céleri coupée en petits dés

1 petit oignon vert coupé finement

30 ml (2 c. à soupe) de mayonnaise

2,5 ml (1/2 c. à thé) de jus de citron

0,5 ml (1/8 c. à thé) de cari en poudre

0,5 ml (1/8 c. à thé) de sel

0,5 ml (1/8 c. à thé) de poivre

 

Chauffer le four à 200°C (400°F).

 

Étendre une feuille de pâte phyllo sur une surface propre, couper-la en deux et badigeonner de beurre.

Couvrir de l’autre feuille et  badigeonner.

Couper 12 carrés et placer-les dans des moules à muffins préalablement beurrés.

Cuire au centre du four pendant 3 à 4 minutes.

Dans un bol, mélanger tous les autres ingrédients.

Mettre environ une cuillère à thé du mélange de poulet dans chacune des coupes et déguster.

 

Légumes vapeur

4 carottes

2 pommes de terre moyennes

2 petites betteraves

1 navet

1 oignon moyen

 

Peler, laver et couper en cubes les légumes.

Placer les légumes dans une marguerite et l’insérer dans un chaudron contenant juste assez d’eau pour toucher le fond de la marguerite.

Porter à ébullition.

Ajouter 2.5 ml (1/2 c. à thé) de sel, baisser le feu et laisser mijoter 15 minutes.

 

Muesli-1

Yaourt au Muesli

500ml (2 tasses) de flocons d’avoine

30 ml (1/4 tasse) de noix de coco râpée

30 ml (1/4 tasse) de pacanes hachées grossièrement

30 ml (1/4 tasse) d’amandes hachées grossièrement

15 ml (1 c. à table) de cassonade

62 ml (1/2 tasse) de sirop d’érable

2.5 ml (1/2 c. à thé) d’essence de vanille

***

30 ml (1/4 tasse) de canneberges séchées

Yaourt vanille ou nature

***

Chauffer le four à 180°C (350°F).

Mélanger les sept premiers ingrédients.

Étendre le mélange sur une plaque préalablement recouverte de papier parchemin.

Cuire pendant 50 minutes en remuant toutes les 15 minutes pour une cuisson uniforme.

Laisser refroidir et ajouter les canneberges et le yaourt.

Le Muesli se conserve un mois dans un contenant hermétique.

Les envolées de Celli

Le cerveau dans le coton

Eh oui! aujourd’hui, mon cerveau est dans le coton, la guimauve, le mou. Un rhume abominable m’a attaquée juste après les fêtes alors que je n’avais envie que de bouger, créer, avancer. Et là, me voilà à bouger pour agripper la manette de télé ou mon livre —une chance qu’il était là celui-là— créer, hum! pas vraiment à part quelques notes et avancer de ma chambre au salon.

Rien n’arrive à me sortir de cette léthargie rhumesque. Comme disait ma mère « un rhume soigné dure une semaine et non soigné, 7 jours ». Il ne me reste qu’à faire mon temps.

Ceci m’aura au moins permis de regarder tous les téléromans de la rentrée hivernale, les émissions de service du matin et un film en après-midi. Finalement, toute cette écoute télévisuelle n’a pas vraiment aidé mon cerveau à sortir de son univers ouaté. Il y a de bonnes productions, mais d’autres qui, comment dirais-je, manque de vavavoum! Par contre, une idée pour un prochain blogue a germé. Quand même, il me reste quelques cellules de fonctionnelles :-).

D’être atteinte de la sorte m’a donc fait explorer des mets plus légers. Un grand trou normand après les fêtes. On a beau se dire d’une année à l’autre que l’on va faire attention, manger moins, accepter moins d’invitations, on se retrouve trop souvent avec une sensation d’excès immense qui semble vouloir rester jusqu’au prochain Noël.

Puis on se met à angoisser sur son poids, sur chaque aliment qu’on ingurgite alors qu’il suffit de varier ses menus (fruits, légumes, fibres, légumineuses et un peu de viande). Sans oublier de se gâter parfois et de manger local, selon les saisons. Bon, je ne suis pas nutritionniste, mais je trouve que ce sont de bonnes idées de départ.

Sur ce , je retourne à mon rhume en vous souhaitant de demeurer en santé tout le reste de l’année.

Celli

https://cellirelcenecrivaine.wordpress.com/2016/01/17/menu-leger/

Fêtes et événements, Les envolées de Celli

Épiphanie

Le printemps dernier, j’ai pris ma retraite. Depuis, j’ai beaucoup lu, beaucoup écrit et beaucoup cuisiner. J’ai aussi aider des gens de mon entourage, regarder un endroit pour faire du bénévolat sans vraiment arriver à choisir, j’ai participé à des événements qui normalement ne m’aurait pas interpelée, j’ai essayé un tas de restaurants, marché, voyagé un peu et écouté des tas et des tas d’émissions de télévision. Mais j’ai surtout travaillé en dilettante à un projet qui me titillait sans trop vraiment savoir ce que je ferais de cette idée.
Et là au beau milieu de mes interrogations, sans m’y attendre, une inspiration, un indice, une piste m’est venu de la part de la personne la plus inattendue, une des tantes chez qui nous étions allés fêter le premier jour de l’année. Elle m’a regardée, m’a écoutée dans mes élucubrations et m’a dis que ça irait, que ce projet était intéressant et que je trouverais le moyen de le faire. Son regard était si éloquent que mon cœur a bondi et je me suis sentie vivante. Depuis longtemps, je ne m’étais pas sentie aussi partie prenante du monde, de la vie, de MA vie.

Et quand, lorsque plus tard, une autre tante m’a tenue sensiblement le même discours en me parlant d’engagements, j’ai su que ce qui occupait mes pensées depuis plusieurs semaines, était possible.

Je venais de vivre en cette première soirée de l’année, une épiphanie.

Celli