Roman graphique des Années '80

Le scrapbook d’Élodie Lec 1984

Hiver 1984

Je me sens si fatiguée. Les fêtes au lieu de m’aider à me comprendre, m’ont mélangée encore plus. Suis-je une femme qui cherche l’amour? ou une carrière? ou les deux? ou un projet plus grand que moi?

Cette quête est tellement prenante que je ne lis presque plus sauf des magazines. Je regarde la mode et j’essaie de la suivre. Couleurs, pois, rayures, paillettes, épaules de joueurs de football, des accessoires clinquants et surdimensionnés, grands gilets sur bottes courtes lacées et surtout, surtout un tas de sacs à main. Je les ai tous! ou presque.

Je pars parfois faire les magasins pendant des heures pour acheter des trucs. Ils remplissent mon vide. Le temps que je passe à planifier ma garde-robe m’empêche de penser. C’est rendu que je me définie plus par mes vêtements que par mes idées. Comment puis-je être si futile?

Je dois faire une dépression. Mais dans ma famille, on ne dit pas ça. C’est trop proche de la folie pour dire « publiquement » que l’on en est atteinte.

Celli

*

Printemps 1984

Je termine mon année scolaire avec des notes à l’image de mon spleen. Des hauts en français et des bas dans tout ce qui s’apparente au scientifique. J’en suis heureuse, mais sans plus. Il semble que mon spleen que je trainerai d’ailleurs tout l’été puisqu’il semble qu’encore, j’irai travailler pour mon père faute d’autre chose.

Mais j’ai de la chance, alors que je me suis résignée à passer l’été chez mes parents, mon professeur de français-roman me propose un emploi d’été dans le centre de recherche en littérature. Pourquoi moi? Eh bien! Je suis sa meilleure étudiante et chaque été, il propose ce poste à la ou le meilleur de sa classe.

J’entrevois enfin de l’espoir…

Celli

*

Été 1984

Je suis au Paradis! Des livres partout, des livres que je suis payée pour lire, résumer et indexer. Et pour rendre la chose encore meilleure, j’ai une aventure tumultueuse avec mon patron! Un 5 à 7 prolongé qui a tourné autrement. Mais nous sommes adultes. Rien ne transparaît à notre retour le lendemain. C’était mal connaître René que de penser qu’il agirait autrement. Au travail, c’est le travail  et ailleurs, eh bien! c’est ailleurs J

Mon contrat et notre aventure se terminent début août. Nous restons en contact, mais sans plus. Parlez-moi d’un job de rêve!

À la fin de l’été, avec mes amis du Cégep qui reviennent en ville, nous allons voir les spectacles  présentés dans le cadre de Québec 1984. Rien d’autre à dire là-dessus. Cette fête a déjà été surexposée.

*

Noël 1984

Après un automne où j’ai été vraiment motivée dans mes études littéraires — l’été m’a vraiment confirmé mon désir de continuer dans ce domaine —, je passe les fêtes chez mes parents. Tous mes amis sont retournés dans leur famille, il ne restait plus personne à Québec. Et je n’y étais pas retournée souvent pendant l’automne.

Mon père qui ne comprend déjà pas pourquoi j’étudie en Lettres, s’y perd encore plus lorsque je lui dis que je veux continuer d’étudier dans ce domaine à l’université. Je lui raconte également qu’au retour des fêtes, je vais commencer à faire du bénévolat pour un organisme d’aide pour les femmes battues. Il ne reconnaît plus sa fille.

Moi non plus, je ne reconnais plus beaucoup la fille qui trainait son spleen il n’y a pas si longtemps. J’avais trouvé mon but en travaillant au centre de recherche pendant l’été et un endroit pour aider en suivant un cours de philosophie du féminisme. J’ai enfin compris que j’étais un être humain à part entière avec des droits, des désirs et des aspirations qui vont au-delà des conventions.

Un soir avant de retourner à Québec, je sors dans un bar avec mon frère et j’y revois Guillaume. Nous avons beaucoup de choses à nous dire pour rattraper le temps perdu. Il étudie en sciences dans un CÉGEP de Montréal. Il n’a travaillé qu’un an en mécanique. À la fin de la soirée, on s’embrasse tendrement et on se promet de ne pas perdre le contact aussi longtemps. Promesse futile, je crois.

Celli

https://cellirelcenecrivaine.wordpress.com/2016/02/21/menu-1984/

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s