Fêtes et événements, Récit

Faites-le vous-mêmes ou DIY

Créer, faire quelque chose de ses propres mains demande patience et longueur de temps tant pour le concept que la conception.

Personnellement, j’excelle dans le concept. J’ai des idées à la dizaine. Je réussis à en rendre certaines vers un produit fini intéressant alors que d’autres… n’iront jamais plus loin que l’idée, le résultat déficient disparaissant comme par magie. À force d’essayer toute sorte de choses, j’ai fini par trouver les genres que je maîtrisais le mieux comme le scrapbooking, le collage, le quilling. Avec ces disciplines artistiques, je peux m’éclater. Et si je n’arrive pas à dessiner une girafe, ce n’est pas grave, je trouverai bien une image quelque part.

Je suis née dans un milieu d’artistes et d’artisans, mais j’ai toujours beaucoup plus intellectualisé les arts que je ne les ai pratiqués. Et pourtant, j’aurais tellement aimé peindre des paysages, avoir le talent de mettre sur toile l’émotion ressentie et la beauté des couleurs sans qu’elle ait l’air d’une oeuvre faite par un enfant de 5 ans. Mais bon, mon chat a l’air d’un éléphant pas de trompe et mon éléphant d’une vache avec une trompe.

Une chose est sûre, je n’ai jamais abandonné ces heures que je consacre aux activités artistiques. J’en ai besoin. Maintenant que j’ai trouvé des disciplines qui me conviennent, pourquoi abandonnerais-je?

D’ailleurs, l’an dernier, après une formation en quilling (technique de décoration utilisant d’étroites bandelettes enroulées sur elles-mêmes et fixées sur un support ou dans un cadre), la professeur et d’autres élèves avons pris l’habitude de nous réunir au moins une fois par mois pour travailler sur des projets de quilling. Nous alternions d’une table de cuisine à l’autre pour fabriquer des cartes, des toiles, des décorations de Noël, des oeuvres en 3D pendant toute une journée. Malheureusement, la folie de nos vies nous a séparées, mais les oeuvres sont demeurées. De même que les idées de repas grapillées chez l’une et l’autre.

Aujourd’hui, je ne fais plus vraiment de quilling, mais je continue à faire du  collage en alliant écriture et image. Et dans très peu de temps, je sauterai à pieds joints dans une nouvelle aventure qui tournera autour de l’artisanat. Je ne vous en dis pas plus pour l’instant. Mais je peux vous dire que cela me rend vraiment fébrile et très fière. C’est à suivre…

Celli

https://cellirelcenecrivaine.wordpress.com/2016/05/01/menu-party-dartisanat/

Menus et recettes, Pâtisseries en tous genres

Menu végétarien

 

Verrines d’avocat et crevettes

Gratin aux épinards

Fromages assortis

Tapioca au sirop d’érable

***

Verrines d’avocat et crevettes

250 ml (1 tasse) de guacamole (voir plus bas)

60 ml (1/4 tasse) de crème sûre

36 crevettes nordiques cuites

ciboulette fraîche

 

Préparer une douzaine de verrines.

Verser 30 ml (2 c. à soupe) de guacamole dans chacune des verrines.

Verser ensuite 15 ml (1 c. à soupe) de crème sûre.

Garnir chaque verrine de 3 crevettes et d’un peu de ciboulette fraîche ciselée.

 

Ajouter le poulet et poivrer.

Continuer la cuisson à feux doux pendant 30 minutes.

 

Gratin aux épinards de belle-maman

 

 

Assiette de fromages assortis (au choix)

 

Tapioca au sirop d’érable

Tapioca à l'érable-

 

5 ml (1 c. à thé) d’essence de vanille

810 ml (3 tasses 3/4) de lait

1 pincée de sel

125 ml (1/2 tasse) de tapioca de grosseur moyenne

2 jaunes d’oeuf

80 ml (1/3 tasse) de sirop d’érable

Au bain-marie, chauffer le lait avec la vanille et le sel.

Ajouter le tapioca.

Cuire à feu doux en brassant régulièrement jusqu’à ce que le tapioca devienne transparent, soit environ 40 minutes.

Dans un bol, mélanger les jaunes d’oeufs et le sirop d’érable.

Ajouter un peu de tapioca chaud et mélanger.

Verser la préparation dans le bain marie en remuant jusqu’à épaississement.

Verser dans un bol et couvrir d’une pellicule plastique.

Laisser tiédir, puis réfrigérer 2 heures.

Fêtes et événements, Les envolées de Celli

Jour de la terre

Manger végétarien pour le Jour de la Terre, très bonne idée! C’est ce que je me suis même devant l’insuccès obtenu auprès de mes deux carnivores lors de mes essais culinaires végétariens. Ce sont finalement des classiques de famille qui ont sauvé la mise.

Cependant, je préfère avoir accès à toutes les sortes de nourriture plutôt que de me priver d’une catégorie. Que voulez-vous, j’aime ça un petit peu la viande 🙂 ! À ma défense, je fais beaucoup d’effort pour diminuer ma consommation de viande, manger local, aller au marché à pied, prendre le temps de choisir des produits écoresponsables, et cetera.

Comme le dit si bien Michael Pollan dans son documentaire In defense of food, (http://michaelpollan.com/books/in-defense-of-food/) il faut sortir de la diète occidentale (western diet) qui est constituée d’environ 60 % d’aliments transformés industriellement. Selon lui, nous devrions manger surtout des fruits et légumes, traiter la viande comme une faveur gourmande que l’on se fait, prendre de plus petite portion et nous demander si notre grand-mère aurait eu accès à cet aliment. Et surtout, il suggère de prendre autant de temps pour manger, déguster que de temps pour le préparer sinon plus. Aux États-Unis, on passerait 74 minutes à table comparé à 135 minutes en France.

Alors en tant que Québécois, pourquoi ne pas tendre vers le style de repas de nos ancêtres français plutôt que de suivre la tendance de nos voisins états-uniens ? Un style simple à mettre en oeuvre :

  • Plus d’étapes
  • Plus de plus petites portions
  • Manger à heures fixes
  • Servir les légumes en premier
  • Servir des amuse-bouche et salades d’accompagnement
  • Servir une étape de fromage
  • Terminer un peu plus tard par un dessert et le savourer lentement
  • Et surtout, faire des temps de repas, un événement, pas un truc que l’on fait entre deux tâches elles aussi faites au pas de course.

Sur ce, Bon appétit!

Celli

P.S. N’oubliez pas demain, c’est la Journée mondiale du livre et du droit d’auteur. Fêter le livre, ses créateurs et leurs droits!

https://cellirelcenecrivaine.wordpress.com/2016/04/24/menu-vegetarien/

Fêtes et événements, Menus et recettes, Pâtisseries en tous genres

En-cas pour un club de lecture – Menu no 3

Noix épicées

Fudge

Eau pétillante/minérale

Noix épicées

Noix de cajou au cari

750 ml (3 tasses) de noix de cajou non salées

30 ml (2 c. à table) de cassonade

30 ml (2 c. à table) de fleur de sel

30 ml (2 c. à table) de cari

2.5 ml (1/2 c. à thé) de cumin

2.5 ml (1/2 c. à thé) de piment de cayenne

Chauffer le four à 180 °C (350° F).

Étaler les noix sur une plaque tapissée de papier parchemin.

Cuire 10 minutes ou jusqu’à ce que les noix soient légèrement dorée.

Dans un bol, mélanger 15 ml (1 c. à table) de cassonade et les autres ingrédients puis réserver.

Dans une casserole, verser 60 ml (1/4 tasse) d’eau, 15 ml (1 c. à table) de cassonade,  15 ml (1 c. à table) de beurre et porter à ébullition en brassant sans arrêt.

Ajouter les noix de cajou grillée et mélanger pour bien les enrober.

Réduire le feu et cuire en brassant pendant environ 2 minutes.

Retirer du feu et ajouter le mélange de cari et mélanger pour bien enrober les noix.

Ré-étaler les noix sur la plaque et poursuivre la cuisson de 12 à 15 minutes. Remuer une fois.

Déposer la plaque sur une grille et laisser refroidir complètement.

 

Noix de Grenoble au thym et au romarin

500 ml (2 tasses) de noix de cajou non salées

30 ml (2 c. à table) de sauce Worcestershire

10 ml (2 c. à thé) de thym frais haché ou 2.5 ml (1/2 c. à thé) de thym séché

5 ml (1 c. à thé) de romarin frais haché ou 1 ml (1/4 c. à thé) de romarin séché

1 ml (1/4 c. à thé) de sel

1 pincée de piment de cayenne

Chauffer le four à 180 °C (350° F).

Étaler les noix sur une plaque tapissée de papier parchemin.

Dans un bol, mélanger tous les autres ingrédients.

Verser également sur les noix de Grenoble et bien mélanger pour bien les enrober.

Cuire au four de 12 à 15 minutes ou jusqu’à ce que les noix soient dorées.

Étaler les noix sur une feuille de papier d’aluminium et laisser refroidir complètement.

Fudge

Fudge

375 g de sucre

375 g de sucre glace

300 ml de Lait Carnation ou de crème 35 %

180 g de couverture noire

190 g de sucre glace

10 ml d’essence de vanille

120 g de noix ou pacanes (facultatif)

Faire cuire le lait ou la crème et les sucres en mélangeant jusqu’à ce que le thermomètre atteigne 112 °C.

Retirer du feu et ajouter le chocolat.

Ajouter le sucre glace tamisé et mélanger au batteur ou à la girafe pendant 5 minutes.

Ajouter les noix si désiré.

Verser dans un moule de 28 X 18 X 3 cm (11 X 7 X 2 pouces), préalablement chemiser d’une pellicule plastique.

Faire bloquer à température ambiante ou au frigo.

Découper de la grandeur voulue et servir.

Menus et recettes, Pâtisseries en tous genres

Menu pour un Petit-déjeuner entre amies

Menu Petit-déjeuner entre amies

Gruau à l’ancienne au sucre d’érable

Confiture de pommes

Rôties pain grains entiers et fruits

Café

***

Fruits

Cantaloup, melon d’eau, raisins rouges

 

Pain grains entiers

 

Gruau à l’ancienne

250 ml (1 tasse) de flocons d’avoine

750 ml (3 tasses) de lait

5 ml (1 c. à thé) de vanille

1 pincée de sel

Sucre d’érable ou cassonade

 

Dans une casserole, mélanger le lait et le sel.

Porter à ébullition.

Baisser le feu et à l’aide d’un fouet, ajouter les flocons d’avoine.

Laisser mijoter en fouettant sans arrêt pendant 6 à 7 minutes.

Garnir de cassonade ou de sucre d’érable et servir.

Donne 4 portions.

Compote de pommes

 

Confiture de pommes

500 g de pommes pelées et coupées en quartiers

60 ml (1/4 tasse) d’eau

15 ml (1 c. à soupe) de sucre

2.5 ml (1/2 c. à thé) d’essence de vanille

Sur un feu moyen, porter à ébullition l’eau dans un chaudron assez grand pour contenir tous les ingrédients.

Plonger les pommes dans l’eau et cuire pendant 12 minutes, couvert. Ne pas remuer.

Ajouter le sucre et la vanille puis remuer.

Lorsque dissout, retirer immédiatement du feu et servir.

Récit

 Petit-déjeuner entre amies

C‘est une tradition chère à mon coeur que ces petits-déjeuners entre amies.  Une occasion de vivre des moments précieux, presque hors du temps, dans la pénombre de l’hiver ou la lumière éblouissante des matins d’été.

Ce sont des moments précieux, vécus à l’aube de tous les possibles. Des moments où discussion, rêve, rire et partage se vivent en toute amitié, entraînés parfois par la fébrilité généreusement offerte par la caféine consommée. Et tout cela de durer jusqu’à ce que la journée de travail doivent commencer ou si nous avons tout notre temps, que nous soyons chassées par la mise en place discrète des serveurs en vue du diner.

Au fil des ans, nous avons visité plusieurs restaurants, goûter à de nombreux mets, découvert les variantes de gruau, confitures, crêpes et musli. Nous avons aussi rencontré des gens qui nous reçoivent avec entrain alors que nous n’avons pas encore pris notre premier café. Des serveurs à l’éditorial truculent, au service patient et amical. Parce que l’ambiance, ça compte beaucoup lorsque l’on refait le monde ou que l’on critique une série télévisée que l’on a dévorée en rafale.

Bref, je les aime ces moments partagés avec des amies chères à mon coeur :-). On se prévoit un petit-déjeuner bientôt?

Celli

https://cellirelcenecrivaine.wordpress.com/2016/04/10/petit-dejeuner-entre-amies-2/

Menus et recettes, Pâtisseries en tous genres

Menu de M. Poisson

Menu de M. Poisson[1]

Soupe aux patates

Poisson frais de M. Poisson

Pâté aux patates

Cinq-rangs de tante Ginette

[1] M. Poisson était un marchand ambulant qui passait une fois par mois en revenant de la Gaspésie, le camion rempli de poisson frais. Chaque fois, ma mère s’empressait d’acheter ledit  poisson proposé et inévitablement, nous le mangions le vendredi suivant. Elle en choisissait aussi trois autres sortes congelées pour les trois autres vendredis du mois.

***

Soupe aux patates

500 ml (2 tasses) de patates coupées en dés

30 ml (2 c. à soupe) d’herbes salées

1,75 ml (7 tasses) de bouillon de poulet ou d’eau

Sel et poivre

 

Dans un grand chaudron, verser le bouillon de volaille, les herbes salées et les patates.

Saler, poivrer et amener à ébullition puis laisser mijoter pendant 20 minutes.

 

Poisson de M. Poisson

 

4 filets d’un poisson à chair blanche

30 ml (2 c. à table) de beurre

Farine

Sel et poivre au goût

 

Passer les filet dans la farine.

Faire fondre le beurre dans une poêle.

Faire frire les filets.

Salé et poivrer chaque côté.

Pâté aux patates

Pâte brisée

375 ml (1 tasse 1/2) de farine

3 ml (1/2 c. à thé) de sel

125 ml (1/2 tasse) de beurre froid

75 à 100 ml (5 à 6 c. à soupe) d’eau

 

Mélanger la farine et le sel au malaxeur (feuille) ou à la main.

Ajouter le beurre et sabler au malaxeur ou au coupe-pâte.

Ajouter l’eau petit à petit et mélanger jusqu’à l’obtention d’une pâte bien amalgamée et façonnable en deux boules aplaties. Attention de ne pas corser la pâte et qu’elle devienne dure.

Refroidir la pâte avant de l’abaisser.

Donne deux abaisses.

 

Préparation de pommes de terre

50 ml (1/4 tasse) de beurre

1 oignon haché fin

6 pommes de terre moyennes

125 ml (1/2 tasse) de lait ou de crème

Sel et poivre au goût

 

Chauffer le four à 220°C (425°F).

 

Cuire de les pommes de terre.

Lorsque cuite, égoutter l’eau et ajouter le lait, le beurre, l’oignon, le sel et le poivre puis mélanger le tout avec un pilon.

Ajuster l’assaisonnement.

Verser sur l’abaisse et couvrir de la deuxième abaisse. Découper deux trous au centre du pâté.

Cuire environ 45 minutes.

Variante: Ajouter aux mélange de pommes de terre, 440 g( 15 onces 1/2) de saumon.

 

Cinq rangs

IMG_1584

P1100549