Abécédaire des gateaux

Abécédaire des gâteaux – I pour Italien

Petits gâteaux à l’italienne

Cupcakes double chocolat-

 

Gâteau au chocolat Brio

250 ml (1 tasse) de boisson Brio (boisson gazeuse italienne)

125 ml (1/2 tasse) de pépites de chocolat  mi-sucré

500 ml (2 tasses) de farine tout usage

7.5 ml (1 c. à thé 1/2) de bicarbonate de soude

5 ml (1 c. à thé) de sel

250 ml (1 tasse) de sucre

250 ml (1 tasse) de cacao

2 oeufs battus

1 tasse (250 ml) de yogourt nature

1 tasse (250 ml) d’huile d’olive

5 ml (1 c. à thé) d’essence de vanille

 

Chauffer à 180°C (350°F).

Graisser de beurre, un moule rond ou carré de 20 cm (8 pouces).

 

Dans une petite casserole, faire fondre le chocolat avec le Brio à feu moyen-doux. Laisser refroidir et réserver.

Dans un bol, mélanger le sucre, la farine, la poudre à pâte et le sel.

À l’aide d’une mixette ou d’un malaxeur, crémer l’huile avec le sucre.

Ajouter les œufs, le yogourt et l’essence de vanille.

Ajouter le mélange de farine et de Brio et chocolat et mélanger jusqu’à ce que la pâte soit homogène.

Verser dans les moules à cupcakes et cuire moule et cuire pendant 15 à 20 minutes ou jusqu’à ce qu’un cure-dent inséré au centre ressorte propre.

Laisser refroidir avant de démouler.

 

Glace au mascarpone

60 ml (4 c. à soupe) de sirop de maïs

125 ml (1/2 tasse) de sucre à glacer

250 g de fromage Mascarpone

1.2 ml (1/4 c. à thé) d’essence de vanille

 

Mélanger tous les ingrédients à l’aide d’une mixette ou d’un malaxeur jusqu’à ce que la consistance soit onctueuse.

Garnir les petits gâteaux et décorer de pépites sucrées.

Fêtes et événements, Menus et recettes, Pâtisseries en tous genres

Citrouille

Il y a quelque chose de mélancolique à regarder les amoncellements de citrouilles à l’automne que ce soit dans les champs, dans les marchés et même en plein centre-ville comme il y a deux ans, à ce marché près de la High Line de New York. Des montagnes de citrouilles à travers les boutiques et les gens.

 

12-Chelsea market citrouilles

Chelsea Market, New York, NY

 

Je me souviens qu’à deux pas de là, j’avais dégusté dans une petite trattoria une pizza typiquement napolitaine ornée de champignons que le cuisiner avait déposés de manière si artistique, avec des gestes lents dignes d’Orvieto. Un délice!

Je reviens aux citrouilles qui pendant longtemps n’ont été qu’un élément de décoration pour l’Halloween. Il y avait quelque chose dans le goût de la citrouille cuite qui, petite, me déplaisait. Il n’y avait que les graines de la citrouille qui trouvaient grâce à mes yeux.  Avec un peu de sel, c’était presque meilleur que des croustilles.

En fouillant dans les livres de ma mère, j’ai retrouvé la recette de citrouille que mon père aimait tant et que je n’aimais pas vraiment ainsi que toutes les autres recettes qu’elle a essayée pour me la faire apprécier.

Voici mon top trois. Bon appétit!

Celli

 

1

Tarte à la citrouille

Pâte sucrée

250 ml (1 tasse) de farine

50 ml (1/4 tasse) de sucre

0,5 ml (1/2 c. à thé) de sel

125 ml (1/2 tasse) de beurre froid

1 jaune d’oeuf

2 ml (1/2 c. à thé) de vanille

 

Mélanger la farine, le sucre et le sel au malaxeur (feuille) ou à la main.

Ajouter le beurre et sabler au malaxeur ou au coupe-pâte.

Ajouter le jaune d’oeuf et la vanille et mélanger.

Refroidir la pâte avant de l’abaisser.

Donne deux grands fonds ou 4 abaisses doubles.

 

Remplissage à la citrouille

3 oeufs

1 boîte de 454g de purée de citrouille ou 400g de citrouille fraîche mise en purée

125 ml (1/2 tasse) de sucre

60 ml (1/4 tasse) de sirop de maïs

1 pincée de cannelle, muscade, gingembre et sel

15 ml (1 c. à soupe) de beurre fondu

 

Chauffer le four à 450°F (230°C).

 

Au mélangeur, fouetter les oeufs et y ajouter le sucre.

Ajouter la purée de citrouille et mélanger avant d’ajouter le sirop de maïs.

Ajouter la cannelle, la muscade, le gingembre et le sel.

Faire fondre le beurre et y ajouter un peu du mélange avant de l’incorporer au mélange lui-même.

Mélanger et verser dans l’abaisse de pâte sucrée.

Cuire à 450°F (230°C) pendant 15 minutes et baisser le four à 375°F (190°C) et cuire encore pendant 30 à 35 minutes ou jusqu’à ce que la pointe d’un couteau ressorte propre.Refroidir et garnir de crème chantilly.

 

Crème chantilly

500 ml (2 tasses) de crème 35 %

80 ml (1/2 tasse) de sucre

5 ml (1 c. à thé) d’essence de vanille

 

Fouetter la crème en y ajoutant lentement le sucre et la vanille.

Fouetter  jusqu’à ce que la crème forme des pics mous.

 

Utiliser une poche et une douille ronde #3 ou 4 pour créer un effet de petites montagnes sur la tarte.

Décorer avec des pépites sucrées si désiré.

 

2

Muffins à la citrouille

1 œuf

125 ml (1/2 tasse) de lait

125 ml (1/2 tasse de purée de citrouille

62 ml (1/4 tasse) d’huile végétale

375 ml (1 tasse 1/2) de farine

125 ml (1/2 tasse) de sucre

10 ml (2 c. à thé) de poudre à pâte

2,5 ml (1/2 c. à thé) de sel

5 ml (1 c. à thé) de muscade

5 ml (2 c. à thé) de zeste d’orange

 

Chauffer le four à 180 C (350 F)

Beurrer un moule de 12 muffins.

 

Dans un bol, tamiser la farine, le sucre, la poudre à pâte, le sel et la muscade.

Dans un autre bol, mélanger l’œuf et le lait à la fourchette puis ajouter la purée de citrouille et l’huile végétale et mélanger.

Ajouter ensuite les ingrédients secs et mélanger le tout jusqu’à homogénéité.

Verser le mélange au deux tiers des moules.

 

Sirop

75 ml (5 c. à table) de sucre ou 12 cubes

Le jus d’une demi-orange

 

Tremper le sucre dans le jus d’orange et verser sur les muffins.

Cuire au four 20 à 25 minutes.

 

3

Soupe à la citrouille

1 kg (4 tasses) de citrouilles en cubes

250 ml (1 tasse) de tomates

375 ml (1 tasse 1/2) de crème ou de lait

30 ml (2 c. à table) de beurre

1 petit oignon coupé en petits morceaux

375 ml (1 tasse 1/2) de bouillon

15 ml (1 c. à table) de sucre

1 jaune d’œuf battu

Sel et poivre

 

Faire revenir l’oignon dans le beurre.

Ajouter la citrouille, les tomates, le bouillon, le sel, le poivre.

Laisser cuire parfaitement la citrouille environ 20 minutes.

Passer au tamis.

Réchauffer le lait ou la crème puis ajouter le jaune d’œuf battu.

Verser dans mélange de purée, ramener à ébullition puis laissé mijoter 5 minutes.

 

Encyclo visuelle aliments (1)

Qc Amérique 1996-74-75

Encyclopédie visuelle des aliments, Éditions Québec Amérique, 1996, p. 74-75

Des chiffres et des lettres

Des chiffres et des lettres

Octobre emmitouflé annonce décembre ensoleillé.

 

Pacer

Ma première voiture a été une Pacer, mieux connue sous le nom d’aquarium ou piscine. J’avoue, ce n’était pas la voiture idéale pour un necking passionné sauf si on a des tendances un peu exhibitionniste 😊. Cependant, elle m’a transportée partout où je voulais pendant plusieurs mois. Elle était pratique et spacieuse. Pas besoin de camion pour déménager les quelques meubles que j’avais. Et je déménageais souvent à l’époque. Pour changer de quartier, me rapprocher du travail, sortir d’un sous-sol…

Lorsque je roulais avec elle, immanquablement les autres automobilistes me regardaient avec un sourire narquois. Mais que de souvenirs, de lieux, d’amis-es, de discussions, de promenade j’ai pu faire avec elle. Des petits bonheurs de jeunesse que m’a rappelé l’émission Viens-tu faire un tour? avec Michel Barrette. http://ici.radio-canada.ca/tele/viens-tu-faire-un-tour/site/complements/voiture/2253/pacer-dl-1977

 CCI20171015 (2)

  

104

C’est l’âge de la blogueuse suédoise Dagny Carlsson. Une vie intéressante, parcourue d’embûches, d’amour mais surtout d’un goût sans fin pour la vie. Une femme inspirante qui me donne le goût de bloguer jusqu’à 100 ans moi aussi.

http://www.locoscope.com/listing/dagny-carlsson/

 

Québec

La ville de Québec est remplie d’histoire, de culture, d’endroits pour magasiner, de restaurants pour tous genres de gourmands, le tout à échelle humaine. Québec, c’est ma ville d’adoption. J’y suis arrivée pour mes études, l’ai quittée mais y suis revenue.

Mais habiter Québec, c’est aussi entendre cette haine latente qui poursuit tout ce qui n’est pas la norme. C’est se défendre de son humanisme, de ses envolées culturelles, de ses choix sociaux. Argumenter pour quelque chose qui nous tient à cœur, ça peut aller mais encore faut-il qu’il y ait possibilité de discuter. Trop de personnes se lancent dans la répétition du discours des autres sans pouvoir apporter leurs éléments de réflexion. Et ils crient fort ces gens-là!

Malgré tout, les idées font leur petit bonhomme de chemin, doucement, sans crier. Elle sème parfois le doute sur les cris entendus et permette une lente évolution. L’important, je crois, c’est de ne pas crier plus fort pour créer une cacophonie, l’important, c’est de réussir à glisser les modalités de discussion pour que cesse les cris et qu’ils laissent place à la parole. Celle qui s’entend, celle qui permet le vivre ensemble, celle qui permet les échanges.

 

33

C’est le nombre de degrés Celcius qu’il faisait à la fin septembre lorsque j’ai transporté de Québec à Longueuil un gâteau à 3 étages qui ne devaient pas fondre. Merci à l’air climatisée et à la tonne de glace pour avoir permis à ce gâteau d’arriver indemne à la fête pour le 80ième anniversaire d’oncle Jacques.

Un record de chaleur pour septembre qui n’avait pas été vu depuis 1941 à Québec.

 

Lampe

Mon achat vintage de l’été : une magnifique lampe sculptée par Jocelyn Caron de Saint-Jean-Port-Joli. Malgré son style que certains caractériseraient de kitch, elle s’harmonise parfaitement à mon décor. Bref, je l’adore!

lampe

Celli

Abécédaire des gateaux

Abécédaire des gâteaux – H pour Honey

Abécédaire – Récapitulation

A – Amandes

B – Bleuets

C – Caramel

D – Dattes

E – Épices

F – Framboises

G – Guinness

 

H – Honey cake

P1140659

2 ml (1/2 c. à thé) de café soluble

125 ml (1/2 tasse) d’eau tiède

750 ml (3 tasses) de farine tout usage

10 ml (2 c. à thé) de poudre à pâte

2 ml (1/2 c. à thé) de sel

Zeste d’une demi-orange

250 ml (1 tasse) de miel liquide

3 oeufs

125 ml (1/2 tasse d’huile végétale

2 ml (1/2 c. à thé) de bicarbonate de soude

75 ml (1/3 tasse) de jus d’orange

 

Chauffer le four à 180°C (350°F).

Beurrer un moule à cheminée de 25 cm (10 pouces).

 

Dissoudre le café dans l’eau tiède et laisser refroidir.

Dans un bol, mélanger la farine, la poudre à pâte, le sel et le zeste d’orange puis réserver.

Dans un bol, au malaxeur ou à la mixette, battre le miel avec les oeufs, le sucre et l’huile végétale jusqu’à ce que le mélange soit très léger.

Dissoudre le bicarbonate de soude dans le café refroidi puis ajouter le jus d’orange.

À basse vitesse, ajouter graduellement les ingrédients secs en alternant avec le jus d’orange. Commencer et terminer par les ingrédients secs.

Verser le mélange de gâteau dans le moule.

Cuire au four pendant 55 minutes ou jusqu’à ce que le gâteau ne garde plus l’empreinte d’un doigt.

Laisser refroidir 10 minutes avant de démouler sur une grille.