Abécédaire des gateaux

Abécédaire des gâteaux – K pour Kirsch

Gâteau chocolaté au Kirsch

 P1140428

 

 Génoise au chocolat

180 ml (3/4 tasse) de farine tout usage

10 ml (2 c. à thé) de poudre à pâte

1 ml (1/4 c. à thé) de sel

125 ml (1/2 tasse) de beurre non salé, mou

250 ml (1 tasse) de sucre

80 ml (3/4 de tasse) de cacao

125 ml (1/2 tasse) de lait

2 oeufs non battus

5 ml (1 c. à thé) d’essence de vanille

 

Chauffer à 180°C (350°F).

Graisser de beurre, un moule rond ou carré de 20 cm (8 pouces).

 

Dans une petite casserole, faire fondre le beurre et ajouter le cacao.

Cuire jusqu’à consistance lisse en remuant constamment.

Retirer du feu et laisser refroidir.

Dans un bol, mélanger le sucre, la farine, la poudre à pâte et le sel.

Dans un autre bol, mélanger les oeufs, le lait, la vanille et le mélange de chocolat.

Verser les ingrédients liquides en une seule addition sur les ingrédients secs.

Mélanger rapidement jusqu’à ce que la pâte soit homogène.

Verser dans le moule et cuire pendant 30 à 35 minute ou jusqu’à ce qu’un cure-dent insérer au centre ressorte propre.

Laisser refroidir avant de démouler.

 

Sirop d’imbibition

250 ml (1 tasse) de sucre

250 ml (1 tasse) d’eau

15 ml (1 c. à soupe) d’essence de kirsch.

 

Amener le sucre et l’eau à 55° C (131° F).

Laisser refroidir et ajouter l’essence de kirsch.

 

Crème au beurre à la meringue italienne

 900 grammes de beurre doux

350 g de blancs d’oeufs

200 ml d’eau

700 g de sucre

30ml de vinaigre

 

Découper le beurre en petits morceaux et réserver. Séparer les blancs d’oeufs dans la cuve du malaxeur.

Cuire le sucre et l’eau à 118 °C.

Incorporer le vinaigre au point d’ébullition.

Lorsque le thermomètre indique 110 °C, commencer à monter les blancs d’oeuf.

À 118 °C, verser lentement le sucre sur les blancs d’oeufs.

Refroidir au mélangeur à vitesse moyenne puis rapide. Environ 15 minutes.

Lorsque refroidi, ajouter le beurre graduellement et émulsionner à vitesse moyenne jusqu’à ce que les ingrédients soient bien amalgamés pour une texture onctueuse. Ne pas s’inquiéter si le mélange semble se séparer après avoir ajouté la moitié du beurre, tout devrait rentrer dans l’ordre en ajoutant le reste du beurre.

Au moment de l’utilisation, parfumer au choix — ici, vanille.

 

Donne 2 kg de crème au beurre pour 2 gâteaux 20 cm à 2 étages.

 

Se conserve 1 mois au réfrigérateur et 6 mois au congélateur. Couvrir avec une pellicule plastique avant de réfrigérer ou congeler. Lors de la réutilisation, tempérer de nouveau au bain-marie et émulsionner au malaxeur à vitesse moyenne jusqu’à l’obtention de la texture originale.

 

 

Montage

Séparer les gâteaux en deux en taillant sur la hauteur.

Étendre la crème au beurre entre les deux morceaux de chacun des gâteaux.

Glacer avec le reste de crème au beurre.

 

Décorer selon votre inspiration du moment ou comme je l’ai fait avec du fondant pour donner l’apparence d‘une bûche 😊

Des chiffres et des lettres

Des chiffres et des lettres

« Pour la Sainte-Catherine, Le porc couine. »

 

Sans

Novembre est mon mois sans : sans nouvelles, sans achats, sans maman.

Depuis plusieurs semaines, je me suis arrêtée de lire systématiquement tous les journaux chaque jour, écouter deux fois les nouvelles télévisées chaque jour. Ma santé mentale n’en pouvait juste plus. Je me tiens tout de même informée puisque je n’ai pas désinstallé mes notifications et j’ai des amis-es de confiance qui me partage des informations qui me tiennent à cœur. Et cette baisse de ma consommation d’informations et de unes à outrance ne me fait pas sentir hors du monde. Je me sens plutôt mieux informée, plus ouverte à explorer, moins en surcharge.

La journée mondiale sans achat aura lieu le dimanche 26 novembre. Prenez le temps en cette journée de réfléchir à votre consommation. On découvre ainsi parfois que l’on compense dans la dépense!!

Sans maman, tout simplement parce que pour la première fois, son anniversaire s’est passé sans elle. Nostalgie, absence et souvenirs…

 

9

C’est le nombre d’enfants de la famille Groult de la téléréalité présentée à Canal Vie. Chaque fois que j’entends mentionner cette émission, je ne peux m’empêcher de me dire que si de telles émissions avaient pu exister lors du Baby-boom au Québec, c’est sur moi qu’on aurait fait une émission avec mon seul enfant !! 😉

 

Casse-noisette

Ce ballet, je l’ai vu au moins cinq fois dans une multitude de styles et je ne m’en lasse pas. Je ne sais pas ce qui me retient d’y retourner cette année? Ça fait quand même quatre ans que je ne l’ai pas vu 😉

th

180

C’est le nombre de secondes à ma disposition pour résumer mon projet de thèse, me filmer et me soumettre à l’évaluation de mes pairs du cours de communication. L’exercice n’est pas facile surtout en début de recherche. Par contre, il est très intéressant d’avoir l’occasion de se concentrer sur l’essentiel. Allez sur YouTube et taper « Ma thèse en 180 secondes », vous y verrez des performances captivantes.

 

Cuisiner

C’est ce qui me permet de sortir de ma tête et de reprendre contact avec le réel, le tangible. Après, il me semble que ma tête est plus légère, prête à un autre sprint de recherche, création, rédaction.

 

Celli

Récit

La boucherie

Chaque année, ma famille faisait boucherie. Pas aux avents comme le veut la tradition, mais plutôt au congé scolaire de novembre. C’était pour nous les enfants, un avant-goût des fêtes de Noël.

À la ferme de mon oncle qui la tenait de grand-papa, on abattait veau, vache, cochon et poules avant de les dépecer pour nourrir la famille tout au long de l’année. Il faut dire que les congélateurs dans la famille étaient énormes!

Toute cette viande, il fallait la découper pour la consommer et nous passions ces jours de congé à découper, emballer et étiqueter tous ces beaux morceaux de viande. Ma mère et ma tante en profitaient aussi pour préparer certains mets pour les fêtes ou pour l’année comme les cretons, tête fromagée et la viande à tourtière. Sans oublier les coupes spéciales comme le rôti de bœuf du jour de l’an ou les spare ribs pour un souper de mets chinois. Il y avait aussi le boudin, mais celui-là, je préfère l’oublier.

Malgré le travail très technique, j’avais trouvé un moyen de laisser aller mes élans créatifs en décrivant de manière bien spéciale les pièces de viande qu’on venait d’emballer. Ainsi lorsque ma mère ou mes tantes fouillaient les mains gelées et le corps presque rentré en entier dans le congélateur, elles retrouvaient un paquet de bœuf haché, par exemple qui racontait une histoire ou se proclamait lui-même le roi des burgers ou un rôti de porc poétique!

Comme quoi, la littérature peut être partout 😉

Celli

https://cellirelcenecrivaine.wordpress.com/2016/06/12/menu-reconfortant-de-chez-maman/

Abécédaire des gateaux

Abécédaire des gâteaux – J pour jus d’orange 

Gâteau au jus d’orange


1 œuf battu

1 tasse de jus d’orange

30 ml (2 c. à table) d’huile végétale

5 ml (1 c. à thé) de vanille

15 ml (1 c. à table) de zeste d’orange

500 ml (2 t. de farine)

5 ml (1 c. à thé) de poudre à pâte

2.5 ml (1/2 c. à thé) de bicarbonate de soude

1 ml (1/4 c. à thé de sel)

250 ml (1 t. de sucre)
Placer la grille au centre du four et préchauffer à 180°C (350°F).

Beurrer un moule de 20 cm (8 pouces).
Mélanger tous les ingrédients liquides et réserver.

Dans un autre bol, mélanger les ingrédients secs et ajouter le mélange liquide en brassant avec une fourchette.

Verser le mélange dans le moule et cuire 50 minutes ou jusqu’à qu’un cure-dents insérer au centre du gâteau en ressorte propre.

Laisser refroidir.

La Bouquinière

Betty Crocker

The secret life of America’s first lady of food de Susan marks

(Simon and Schuster, 2005)

 

Dernièrement, je me suis lancée dans la lecture de biographies romancées ou pas de grands chefs et de grandes cheffes : Julia Child, Jehane Benoit, Buddy Valastro et Betty Crocker. Eh oui! Betty a sa biographie bien qu’elle ne soit qu’un concept publicitaire, un nom sur un produit.

Dans ce livre, Susan Marks nous raconte comment on a fait de Betty Crocker un être avec qui l’on peut communiquer. Tout a commencé par un concours sur un emballage de farine Gold Medal… il s’agissait de rassembler les morceaux mélangés d’un casse-tête pour gagner un prix. Cependant, les dirigeants de la compagnie ne s’attendaient pas à ce que des femmes leur écrivent pour des questions précises sur l’utilisation de leur produit. Ce furent les premiers pas de Betty dans le monde des vivants. Elle a ensuite acquis une signature que nous voyons toujours sur les emballages de mélange à gâteau puis une émission de radio et une équipe de spécialistes en économie familiale pour répondre aux nombreuses questions, et cetera.

Avec la télévision, on lui a donné un visage sans oublier une équipe de développeurs au sein des cuisines de la compagnie qui ont essayé des recettes salées ou sucrées regroupées dans des livres de recettes pour le bonheur des cuisinières. À une époque, il était même possible de visiter les cuisines! Mais plus maintenant, le secret industriel ayant pris le dessus sur la communication.

Je crois que secrètement, j’aurais aimé (j’aimerais?) travaillé au développement, à la création de recettes au sein d’une compagnie pour amener plus loin les produits qu’ils soient frais ou transformés. Rien ne me fait plus plaisir que de découvrir un petit livret de recettes à l’achat d’un produit ou pour être moderne, de devenir amie Facebook avec les producteurs laitiers par exemple, pour grappiller des recettes. Alors il me vient une idée…

Plongez dans la lecture de ces biographies, vous pourriez être surpris.

Celli

 

Autres suggestions :

  • À la découverte de Jehane Benoit de Marguerite Paule et Marie Desjardins (Éditeurs réunis, 2012)
  • Cake boss : stories and recipes from mia famiglia (FreePress, 2010)
  • My life in France de Julia Child et Alex Prud’homme (Alfred A. Khopf, 2006)

 

Gâteau des anges