Abécédaire des gateaux

Abécédaire des gâteaux – S pour Sucre à la crème

Vous m’excuserez pour ce saut dans l’alphabet, mais celui-ci est de circonstance 🙂 Joyeux Noël à tous et toutes!

 

Gâteau au sucre à la crème

Gâteau sucre à la crème

 

Chauffer le four à 180°C (350°F).

 

Gâteau

62,5 ml (1/4 tasse) de beurre

250 ml (1 tasse) de cassonade

1 œuf

250 ml (1 tasse) de farine tous usages

50ml (1 c. à thé) de poudre à pâte

125 ml (1/2 tasse) de lait

Mélanger tous les ingrédients jusqu’à ce que le mélange fasse un ruban et verser dans un moule de 20 cm (8 pouces) préalablement graissé.

Cuire 20 minutes ou jusqu’à ce qu’un cure-dent inséré au centre ressorte propre.

 

Glace au sucre à la crème

250 ml (1 tasse) de cassonade

125 ml (1/2 tasse) de beurre non salé, mou

62,5 ml (1/4 tasse) de lait

250 ml (1 tasse) de sucre en poudre

Dans un chaudron, mélanger la cassonade, le beurre et le lait.

Amener à ébullition et laisser bouillir environ 3 minutes jusqu’è ce que la cassonade soit fondue.

Retirer du feu et ajouter le sucre en poudre.

Lorsque le gâteau est refroidi, glacer et décorer.

 

 

Fêtes et événements

Noël nostalgique

JOYEUX NOËL!

 

Noël cette année est empreint de nostalgie. Je regarde les photos dans les albums de ma mère et je remonte le cours de ma vie. De la photo de moi dans les bras de mon père regardant mon premier sapin à celles du dernier Noël que nous avons tous partagés en 2009, il y a des tonnes de fêtes et d’événements à se rappeler et à chérir.

Entre ces deux moments, d’une année à l’autre, apparaissent les photos de famille autour de la table remplie de victuailles toutes plus délicieuses les unes que les autres. Puis viennent celles des enfants déballant des cadeaux et celles des plus grands les regardant de loin avec amour. Il y a le jeu, la surprise et la spontanéité.

Ces photos sont aussi une histoire visuelle de la mode à travers les âges. Des pantalons à pattes d’éléphant des années 1960-1970 aux excentricités des années 1980 en passant par le grunge des années 1990.

Il y a de la couleur, de l’éclat, des portions gargantuesques, mais surtout, il y a une multitude de sourires. La joie donne une couleur à ces photos qui apporte réconfort et chaleur en ce premier Noël orphelin.

Après avoir beaucoup pleuré, passons maintenant à la vie et à tout ce qu’elle peut apporter de beau. C’est ce que mes parents enfin réunis auraient souhaité pour nous tous.

Bisous xxx  Celli

Abécédaire des gateaux

Abécédaire des gâteaux – L pour Lime

Gâteau à la lime

1/2 tasse (125 ml) de beurre non salé, à température ambiante 

3/4 tasse (180 ml) de sucre 

2 limes (zeste) 

2 oeufs 

1 1/4 tasse (310 ml) de farine tout usage

 1/2 c. à thé (2,5 ml) de poudre à pâte 

Une bonne pincée de sel

 1/2 tasse (125 ml) de babeurre 

2 c. à soupe (30 ml) de jus de lime 
Préchauffer le four à 350 °F (180 °C). 
À l’aide d’un batteur électrique, mélanger le beurre, le sucre et les zestes à vitesse élevée pendant 4 minutes. 

Ajouter les oeufs un par un et mélanger 1 minute supplémentaire. 

Tamiser les ingrédients secs. 

Mélanger le jus de lime et le babeurre. 

Ajouter les ingrédients secs et la préparation au babeurre à la pâte et mélanger très brièvement pour obtenir une pâte homogène.

Verser la pâte dans des cassolettes de papier ou deux petits moules beurrés et farinés.

Cuire pendant environ 20 minutes ou jusqu’à ce qu’un cure-dents inséré au centre des gâteaux ressorte propre. 

Les gâteaux se conservent une nuit à température ambiante ou cinq jours au réfrigérateur dans un contenant hermétique.
Source d’inspiration : Patrice Demers http://www.canalvie.com/recettes/petits-gateaux-a-la-lime-1.1073085 

La Bouquinière

Meurtreville

Bienvenue à Meurtreville d’André Marois

Héliotrope noir, 2016

 

« Mandeville, Lanaudière. Il ne se passe pas grand-chose au village, et c’est très bien comme ça. Évidemment, un peu plus d’affluence ne nuirait pas. Quelques touristes ici et là, juste ce qu’il faut pour faire vivre les commerçants locaux… Mais comment les attirer ? La solution s’impose d’elle-même lorsqu’un voleur de cannabis est retrouvé mort, empalé sur son propre sécateur. Inévitablement, policiers et journalistes accourent. Mais une fois l’affaire classée, l’animation retombe. Ce qu’il faudrait, c’est que ce cadavre inopiné soit le premier d’une longue série. Voilà qui fascinerait les curieux, mystifierait les enquêteurs, ferait couler l’encre et, surtout, mettrait enfin Mandeville sur la carte ! Et c’est ainsi qu’un esprit dérangé et légèrement mégalomane décide d’inaugurer la saison de la chasse… »

Source : quatrième de couverture.

 

Quoi faire quand ton village décline et que tu ne sais plus quoi faire pour attirer les gens? Pourquoi pas un meurtre… et un autre… et…

C’est ce que raconte avec brio l’auteur André Marois dans ce roman noir qui malgré l’horreur de cette technique marketing, entraîne le lecteur dans une fascination coupable, mais jouissive.

Si vous avez envie d’un personnage un peu décalé, mais pétri de bonnes intentions douteuses ou d’une histoire noire et cocasse à la fois, partez pour Meurtreville sans hésiter!

Celli