Fêtes et événements, Récit

Halloween

Des premières fois où j’ai passé l’Halloween, je me souviens surtout de la noirceur. Les lampadaires de rue étaient rares et entre les maisons, il y avait des espaces de pénombre d’où pouvait si on avait envie d’y croire surgir un feu-follet ou un loup-garou.

Heureusement, nous étions un bon groupe d’amis qui cheminait ensemble allant dans les maisons du voisinage pour recueillir le plus de bonbons et mini barres de chocolat possible. Les pommes nous intéressaient peu, elles finissaient la plupart du temps en compote. Avec le temps, nous avions appris à quels endroits nous recevrions les meilleures friandises.

Encore aujourd’hui, je me souviens de la sensation étrange qui me tenait au ventre. Elle avait quelque chose qui relevait tant de la peur que de la bravoure. En personnifiant quelqu’un d’autre pendant quelques heures, je devenais plus courageuse même devant la possibilité qu’un feu-follet ou un loup-garou émerge d’un fossé obscur. Il suffisait de rester sur le chemin. Enfin, sur l’accotement du chemin, puisqu’en en bordure de la route nationale, le danger vient plus souvent des machines que des personnages de légende.

Je me souviens tout particulièrement de la dernière année où j’ai passé l’Halloween puisque je l’ai fait deux fois.  Avant le souper avec mon petit frère pour ensuite recommencer avec une amie qui habitait au village. Ce soir-là, j’ai certes reçu le double de bonbons, mais sans l’atmosphère nocturne que j’aimais tant. Car en plein village, la lumière est telle qu’elle chasse toute la noirceur. Je me suis quand même bien amusée même si entre les habitations, il n’y avait pas d’obscurité insondable pour donner à la légende une chance de se matérialiser.

La chose s’est reproduite des années plus tard avec mon fils. En ville, les lampadaires sont si nombreux qu’aucune noirceur ne peut entretenir ce frisson halloweenesque. Pas même le spectacle de fumée et de mains sortant d’outre-tombe que faisait un voisin du quartier! Et c’est bien dommage parce que la nuit de l’Halloween tout est possible et que trop d’éclairage tend à chasser la légende.

Celli

P.S.

Légende des feux-follets http://touslescontes.com/biblio/conte.php?iDconte=371

Légende du loup-garou http://touslescontes.com/biblio/conte.php?iDconte=589

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s