Fêtes et événements

3 semaines avant Noël

3 semaines avant Noël

On décore le sapin, la maison, l’extérieur. On se crée une ambiance féérique ˜˜˜š˜˜˜

On bricole nos cartes de Noël ou on part à la recherche des cartes parfaites en magasin.

On rédige nos souhaits et on écrit une lettre au Père-Noël.

On pense au menu du réveillon ou du souper de Noël.

Et on lance les invitations…

On continue la recherche du cadeau parfait au Salon des métiers d’art par exemple.

Fêtes et événements

Idées cadeaux

Voici quelques idées cadeaux que j’ai grapiller tout au long de mon périple au centre d’achat.

 

Tendance écolo

 

Sac à chaussures cactus personnalisé de Lou Grenadine (sur Etsy)

Sacs en tissus pour la nourriture (disponible dans les boutiques d’aliments bio ou en vrac)

Une machine à eau pétillante de type Soda stream (Pour éviter la surutilisation de bouteilles)

 

Tendance gourmande

Une huile ou un vinaigre fins (Un bon choix à l’Épicerie Moisan, rue St-Jean à Québec)

Spatules en bois, personnalisée ou pas, en bambou ou en bois (dans les boutiques spécialisées)

Accessoires de bar pour le mixologue en soi

Biscuits maison (faits de vos blanches mains)

 

Tendance créative

Tuque à tricoter d´AkrocheTatuk (sur Etsy)

Un abonnement au musée des beaux-arts de votre localité

Un livre, deux, trois, même quatre 😍

Journal intime pour renouer avec l’écriture à la main

 

Tendance « Je donne de mon temps… »

Bon pour une semaine de lunch personnalisé

Bon pour une soirée de gardiennage

Bon pour un déjeuner au lit

Prendre le temps d’écrire une longue lettre à un ami sur un papier coloré

 

Enfants

Peluches légumes de Velvet moustache (sur Etsy)

Jeu Zombie Kids

Un jouet de bois de Richard Emond (www.jouetsboisemond.com)

 

Adolescents

Un spectacle

Un nouveau sac à dos

Un jeu de société vintage

 

J’espère vous avoir inspirés. Bon magasinage!

Celli

Fêtes et événements

La Sainte-Catherine

Tire Massicotte

Source : rdaq.banq.qc.ca

  

Sainte-Catherine est la patronne des jeunes filles. À une certaine époque, les jeunes filles non mariées de plus de 25 ans qui coiffaient la Sainte-Catherine pouvaient devenir la cible de moqueries. Aujourd’hui, ce sont de ces moqueurs dont on se moquerait! Autre temps, autres mœurs.

 La Sainte-Catherine a été longtemps fêtée, la coutume se maintiendra jusqu’au 20e. Pendant une journée, on suspendait les activités quotidiennes pour fêter, danser et manger. La fête de la Sainte-Catherine est disparue du calendrier romain en 1969.

 Bien sûr, au menu des célébrations, on retrouvait la tire Sainte-Catherine.

 Ce bonbon fait principalement de mélasse serait l’œuvre de Marguerite Bourgeoys, fondatrice de la Congrégation de Notre-Dame de Montréal. Elle aurait inventé ce bonbon pour attirer les jeunes autochtones afin de les instruire d’où son nom de « tire ». Il s’agirait cependant d’une interprétation qui tient de la légende. La tire tiendrait plutôt son titre de l’action d’étirer qu’il faut faire afin d’obtenir une teinte jaune clair.

 En voici d’ailleurs la recette tirée 😊 du livre La cuisine raisonnée (Congrégation Notre-Dame, édition 1967) hérité de ma mère.

Tire Tire Sainte-Catherine

 250 ml (1 tasse) de sucre blanc

250 ml (1 tasse) de cassonade

250 ml (1 tasse) de mélasse

125 ml (1/2 tasse) de sirop de maïs

125 ml (1/2 tasse) d’eau

15 ml (1 c. à table) de vinaigre

15 ml (1 c. à table) de beurre

5 ml (1 c. à thé) de soda

Verser dans une casserole à fond épais le sucre, la cassonade, la mélasse, le sirop de maïs, l’eau, le vinaigre et le beurre.

Cuire jusqu’à ce que le thermomètre atteigne 124°C (256°F) ou l’obtention d’une boule dure dans l’eau froide.

Ajouter le bicarbonate et bien mélanger.

Verser sur un grand plat beurré.

Dès que la tire est assez refroidie pour être maniée, la prendre et l’étirer vivement et aussi longtemps que possible.

Lorsqu’elle atteint un beau jaune clair, la couper en petits morceaux.

Pour la conserver plus longtemps, rouler chaque morceau dans du papier ciré.

Fêtes et événements

4 semaines avant Noël

Hier, j’ai passé une partie de la journée au centre d’achat, un peu comme je le faisais avec mes parents quand j’étais enfant. Je vous en avais touché un mot l’an dernier alors que j’avais fait mes achats avec le même budget que je m’étais alloué en 1977.

Je me suis surtout promenée pour m’inspirer, pour trouver des idées originales pour les fêtes. Et du choix et des idées, il y en a! Il y en a tellement que l’abondance peut provoquer l’inverse et nous mélanger encore plus.

D’où l’importance des listes. J’adore les listes. Je crois que j’ai une liste pour à peu près tout dans ma vie. Une liste de vœux, de projets, d’articles de blogue, de recettes, de ménage, et cetera. D’ailleurs, le livre de Dominique Loreau L’art des listes (Robert Laffont, 2007) n’est jamais très loin pour me rafraîchir les idées.

Bref, j’avais donc avec moi une liste des personnes à qui je veux offrir un cadeau et les idées associées, une autre pour les accessoires manquants comme du papier d’emballage, de la vaisselle, une décoration et une dernière pour les aliments nécessaires à la préparation des desserts du temps des fêtes.

Tout en me concentrant sur la conquête de mes listes, je prends aussi le temps d’observer les gens, d’écouter la musique, de m’asseoir pour savourer un café et prendre le temps de réviser mes listes. Ce qui me mène bien souvent à changer d’idée pour le cadeau d’un tel ou l’autre tel ou pour une recette. Je pense alors à des alternatives-cadeau comme offrir du temps ou cuisiner ce nouveau mets et l’offrir en cadeau gourmand. L’idée est aussi de faire plaisir et de ne pas se ruiner.

Sauf que le temps des fêtes, c’est un temps hors de l’ordinaire où certains excès sont permis puisque pour quelques jours par année, il est permis de rompre avec la routine et l’économie. On en met toujours un peu plus malgré nos bonnes résolutions. On change aussi l’espace afin que tout l’attirail de décoration puisse loger dans l’espace habituel et on renoue avec les gens. Il redevient alors important de se revoir, partager des souvenirs autour d’un bon repas.

C’est dans cet esprit que je parcours d’un bout à l’autre les places centrales, les boutiques, les épiceries à la recherche de ce petit plus qui fera de Noël et du jour de l’an quelque chose de féérique. La première étape de la liste des choses à faire avant les fêtes. Et avec celle des vacances et des vœux, je crois que c’est l’une des plus exaltantes à passer au travers.

Celli

Menus et recettes

Cuisiner en 30 minutes…

… Presque chrono!!

Parce que des fois, on n’a carrément pas le temps de cuisiner un repas gastronomique, voici quatre recettes simples qu’on peu réaliser en 30 minutes chrono (ou presque 😉  ainsi que ma liste des ingrédients indispensables à avoir chez soi. Bon appétit!

Frigo ou congélo Garde-manger
Œufs

Bœuf haché

Poulet

Poisson

Lait

Crème

Légumes congelés

Oignons

Pain

Beurre

Fromage

Yogourt nature

 

 

Farine

Poudre à pâte

Sucre

Gruau

Sel

Poivre

Épices

Herbes

Nouilles pour pâtes en tous genres

Légumineuses

Sauce tomate

Bouillon de légumes

Huile d’olive

Huile végétale

Sauce soya

Thon

Raisins secs

Pépites de chocolats

Pépites arc-en-ciel

Sirop d’érable ou miel

 

UN

Saumon sauce soya et miel

2 filets de saumon sans peau

Sel et poivre

Huile d’olive pour la cuisson

30 ml (2 c. à table) de beurre

45 ml (3 c. à table) de miel

45 ml (3 c. à table de sauce soya

2,5 ml (1/2 c. table) de coriandre en poudre

2 limes

Riz en accompagnement

Assaisonner le saumon avec le sel et le poivre.

Réchauffer l’huile d’olive à feu moyen fort dans une poêle anti adhésive.

Cuire 5 minutes le premier côté en vérifiant qu’il ne brûle pas puis tourner-le et cuire encore deux minutes.

Retirer le saumon et réserver.

Dans la même poêle, ajouter le beurre, le miel, la sauce soya et le jus des deux limes. Mélanger et cuire à feu moyen pendant environ 2 minutes, jusqu’à ce que la sauce épaississe. Goûter pour ajuster l’assaisonnement et cuire encore une minute.

Remettre le saumon dans la poêle et à l’aide d’une cuillère, arroser-le de la sauce pour le réchauffer.

Servir sur un lit de riz cuit avec un peu de jus de lime.

 

DEUX

Pâtes marinara au Poulet

 450 g de penne ou rigatoni

30 ml (2 c. à table) d’huile d’olive

Reste de 2 poitrines de poulet cuites, coupées en petits cubes

Sel et poivre

1 oignon coupé finement

1 gousse d’ail coupée finement

1 pot (25 onces / 740 ml) de sauce marinara (ou votre sauce maison prête à utiliser)

2,5 ml (½ c.  à thé) de piments en flocons

5 ml (1 c.  à thé) de basilic séché

125 ml (1/2 tasse) d’eau

225 g (8 onces) de fromage Mozzarella coupé en cubes

62,5 ml (1/4 de tasse) de fromage parmesan

Cuire les pâtes selon les instructions inscrites sur la boîte.

Dans un poêlon, réchauffer l’huile d’olive à feu moyen fort.

Ajouter les cubes de poulet, saler et poivrer.

Cuire le poulet sans remuer pendant 2 minutes ou jusqu’à ce que les cubes soient dorés.

Retirer et réserver sur une assiette.

Dans le même poêlon, ajouter les oignons et l’ail et remuer pour partir la cuisson.

Cuire de 2 à 3 minutes en remuant occasionnellement jusqu’à ce que les oignons soient caramélisés.

Réduire le feu et ajouter la sauce marinara, les flocons de piments et l’eau. Remuer pour bien mélanger puis ajouter de nouveau le poulet dans la poêle et laisser mijoter de 7 à 8 minutes.

Ramener le mélange à un faible bouillon et ajouter le fromage Mozzarella et laisser fondre environ 2 minutes.

Égoutter les pâtes et arroser d’un peu d’huile d’olive.

Verser la sauce, mélanger et saupoudrer de Parmesan.

Servir et déguster.

 

TROIS

Pain à la viande

450 g (1 livre) de bœuf haché

1 oignon coupé finement

1 gousse d’ail coupée finement

½ poivron vert coupé finement

15 ml (1 c. à table) de beurre

125 ml (1/2 tasse) de ketchup épicé

Quelques gouttes de sauce au piment (Tabasco)

30 ml (2 c. à soupe) de sauce chili

15 ml (1 c. à soupe) de sauce anglaise (Worcestershire)

Sel et poivre

6 pains à hot dog

Cuire tous les ingrédients à feu lent pendant 15 minutes jusqu’à ce que le bœuf haché soit bien cuit.

Réchauffer au four ou dans une poêle les pains à hot dog.

Lorsque la préparation est cuite, garnir les pains.

Servir avec des frites.

 

QUATRE

Biscuits arc-en-ciel à congeler

180 ml (3/4 tasse) de beurre ramolli

180 ml (3/4 tasse) de sucre

5 ml (1 c. à thé) d’essence de vanille

1 œuf

500 ml (2 tasses) de farine

125 ml (1/2 tasse) de pépites arc-en-ciel

Dans un bol, défaire le beurre en crème puis ajouter le sucre et la vanille et mélanger jusqu’à l’obtention d’une texture crémeuse.

Ajouter l’œuf et mélanger jusqu’à ce que le mélange soir homogène.

Ajouter la farine et mélanger jusqu’à l’obtention d’une pâte.

Ajouter les pépites arc-en-ciel et mélanger lentement.

Diviser la pâte en deux boules et former avec chacune, un cylindre de 5 cm (2 pouces).

Emballer chacun dans une pellicule plastique et placer au congélateur.

Lorsque désiré, chauffer le four à 180°C (350°F).

Sortir un cylindre, et couper la pâte en tranche selon le nombre de biscuits désirés.

Si la pâte est trop dure, laisser-la reposer à température pièce pendant 5 minutes avec de la trancher.

Déposer les biscuits sur une plaque recouverte d’un papier parchemin en laissant 2,5 cm (1 pouce) entre chacun.

Cuire pendant 15 à 18 minutes.

Poésie

Qu’est-ce qu’on écrit un 16 novembre?

Que le crépuscule tombé trop tôt

Reprends sa magie

Maintenant que la neige est arrivée

 

Que la musique d’un spectacle

Nous rappelle

Les chatouillis de l’adolescence

 

Que la folie d’un rire

Donne toujours envie

De l’absolu

 

Qu’une lecture nocturne

A ravi notre coeur

Par la beauté de ses mots

 

Que le sourire d’un étranger

Nous a permis de bien terminer

Une journée merdique

 

Qu’un lampadaire hésitant

Donne un air de fête à la soirée

Par sa résistance à s’éteindre

 

Que la vue difficile

Provoquée par les nouvelles en continu

Brouille l’infini

 

Qu’un petit chat

À l’énergie croustillante

Provoque des éboulements

 

Qu’est-ce qu’on écrit un 16 novembre?

Que la vie qui passe

Tout simplement.

 

Celli

Gâteaux et Pâtisseries, Série des douze

Gâteau Bundt cerises et amande

Bundt cerises et amande

 

625 ml (2 tasses 1/2) de farine tout usage

15 ml (3 c. à thé) de poudre à pâte

2,5 ml (1/2 c. à thé) de sel

125 ml (1/2 tasse) de beurre

250 ml (1 tasse) de sucre

425 grammes (15 onces) de fromage Ricotta

2 oeufs

5 ml (1 c. à thé) d’essence d’amande

125 ml (1/2 tasse) de lait

250 ml (1 tasse) de cerises séchées

125 ml (1/2 tasse) d’amandes finement coupées

Sucre à glacer

Placer la grille au centre du four et préchauffer à 180°C (350°F).

Graisser 1 moule à gâteau à tube de type Bundt ou des anges.

Dans un bol, mélanger la farine, la poudre à pâte et le sel puis réserver.

Dans un autre bol, mélanger à basse vitesse le beurre, le sucre, le lait, l’essence d’amande, le fromage Ricotta et les oeufs jusqu’à ce que tous les ingrédients soient bien mélangés.

Augmenter la vitesse et mélanger jusqu’à ce que la préparation soit homogène.

Puis à basse vitesse, ajouter les ingrédients secs et mélanger.

Lorsque tous les ingrédients sont bien amalgamés, ajouter les cerises et les amandes et mélanger doucement à la spatule.

Verser dans le moule.

Mettre au four et cuire pendant 55 à 65 minutes où jusqu’à ce qu’un cure-dent inséré au centre du gâteau en sorte propre.

Laisser refroidir pendant 20 minutes puis démouler.

Lorsque le gâteau est bien refroidi, saupoudrer le sucre à glacer sur la surface et déguster.