La Bouquinière

PIL

Ma PIL estivale

 

Voici, sous forme de poème, ma pile à lire estivale :

Dans un palais à Orvieto

J’ai rencontré les Daisy sisters

Qui pratiquaient l’art presque perdu de ne rien faire

En attendant de régler des affaires privées

Les attendant à Whitehorse

Grâce à elles, Malek et moi

Avons pu, au chant des marées

Arriver à temps pour la comédie française

Intitulée Treize à table

Où un chat sauvage

Aura le dernier mot

Pour résoudre les crimes au musée

 

Toujours sous forme de poème, je vous reviendrai le 31 août pour vous communiquer sur chacun, mes pensées.

Celli 🙂

 

Bibliographie

  1. Un palais à Orvieto de Marlena Blasi (Folio, 2014)
  2. Daisy sisters de Henning Mankell (Points, 2016)
  3. L’art presque perdu de ne rien faire de Dany Laferrière (Boréal, 2011)
  4. Affaires privées de Marie Laberge (Québec Amérique, 2017)
  5. Whitehorse de Samuel Cantin (première et deuxième partie, Pow Pow, 2015 et 2017)
  6. Malek et moi d’Alain Beaulieu (Druide, 2018)
  7. Au chant des marées : De Québec à l’Île Verte France Lorain (Tome 1 et 2, Guy Saint-Jean Éditeur, 2017)
  8. Comédie française : Ça débuté comme ça… de Fabrice Luchini (Flammarion Québec, 2016)
  9. Treize à table, Collectif (Druide, 2018)
  10. Chat sauvage de Jacques Poulin (Nomades, 2016)
  11. Le dernier mot de Caroline Roy-Élément et Mathilde Cinq-Mars (Mécanique générale, 2017)
  12. Crimes au musée sous la direction de Richard Migneault (Druide, 2017)
La Bouquinière

Autopsie d’une femme plate

Autopsie d’une femme plate

De Marie-Renée Lavoie

(XYZ, 2017)

 

Le titre ne promet pas et pourtant, ce roman de Marie-Renée Lavoie est à la fois drôle et troublant. Elle y évoque avec aplomb la dure réalité d’une femme qui se fait larguée par son conjoint pour une autre femme. Au fil des pages, cette femme essaie de faire le deuil de cette vie de couple pour celle qu’elle avait perdue : elle-même.

J’ai ri, j’ai ragé, j’ai presque pleuré. Alors que je peine parfois à garder les yeux ouverts pour lire le plus longtemps possible, cette femme plate m’a gardée éveillée. Un moment de lecture qui fait réfléchir sur le couple, mais aussi sur l’espoir de vivre lorsque tout semble perdu.

Comme quoi, être plate, a parfois des côtés palpitants qu’il ne faut pas ignorer.

Celli

 

P.S. Comme je le fais si souvent quand je découvre un nouvel auteur, je vais sûrement me précipiter sur ses romans précédents pour m’imprégner encore plus de cette plume que j’ai appréciée. Est-ce aussi une de vos habitudes?

 

Pour en savoir plus et connaître les autres œuvres de Marie-Renée Lavoie :

http://www.editionsxyz.com/catalogue/717.html Autopsie d’une femme plate

http://www.editionsxyz.com/catalogue/624.html Le syndrome de la vis

http://www.editionsxyz.com/catalogue/555.html La petite et le vieux

 

La Bouquinière

Enfant curieux

Conversations avec un enfant curieux

De Michel Tremblay

(Leméac/Actes Sud, 2016)

  

Lors d’une émission de variétés, j’ai entendu Guylaine Tremblay parler de la pièce Enfant insignifiant de Michel Tremblay et de l’honneur qu’elle a d’y jouer Nana. On nous présente ensuite un extrait dont les propos sont ceux d’un enfant envers la taille du petit Jésus de la crèche. Je trouve l’interprétation et le texte intéressant et me demande si elle sera jouée à Québec. Puis je passe à autre chose… jusqu’à ce que je retrouve dans un étal de livres usagers, Conversations avec un enfant curieux dont le quatrième de couverture reprend ce même extrait. Et c’est ainsi que Nana et Michel sont entrés de nouveau dans ma vie.

Et quelle entrée captivante. De parcourir ces différents récits avec un Michel Tremblay curieux de comprendre la vie est un moment de bonheur dont on ne devrait pas se priver. Déjà, Bonbons assortis m’attend sur ma table de chevet 😊

 

Celli

La Bouquinière

C’est quand le bonheur?

C’est quand le bonheur?

Martine Delvaux

(Héliotrope, 2007)

 

On devrait écrire plus souvent des histoires d’amitié. Celle que Martine Delvaux raconte dans son livre C’est quand le bonheur?

De page en page, elle nous offre des fragments de souvenirs de sa relation avec son meilleur ami. Des propos à la fine fleur des émotions parfois bonnes, parfois désagréables.  Une histoire d’amitié fidèle qu’on a tous connue ou qu’on aimerait connaître.  Le récit est rythmé par de courts chapitres décrivant ces moments de leurs existences ensemble.

J’ai eu le plaisir de rencontrer Martine Delvaux lors d’une soirée littéraire pour la sortie de son livre Le monde est à toi, une femme de conviction éminemment sympathique.

C’est quand le bonheur? est une lecture rafraichissante, sans détour où il fait plaisir de se perdre et d’espérer. Je vous la conseille fortement.

Celli

 

Quatrième de couverture :

« Une amitié s’est nouée il y a presque vingt ans entre un homme et une femme. C’est cette dernière qui raconte les années, fait l’inventaire des petites phrases prononcées et des grandes, laissant ainsi entrer le lecteur dans un univers clos, jusque-là jalousement fermé aux autres.

Les années passent, leur amitié traverse le temps, les études, les ruptures amoureuses, le travail, leur enfance qui remonte par à-coups, et une question résonne au milieu de cette complicité extrême : c’est quand le bonheur ?

Un roman pudique, drôle parfois, rythmé, où l’amitié permet d’élever une barricade contre la dureté de l’existence. »

http://www.editionsheliotrope.com/librairie/30/c_est_quand_le_bonheur

La Bouquinière

Meurtreville

Bienvenue à Meurtreville d’André Marois

Héliotrope noir, 2016

 

« Mandeville, Lanaudière. Il ne se passe pas grand-chose au village, et c’est très bien comme ça. Évidemment, un peu plus d’affluence ne nuirait pas. Quelques touristes ici et là, juste ce qu’il faut pour faire vivre les commerçants locaux… Mais comment les attirer ? La solution s’impose d’elle-même lorsqu’un voleur de cannabis est retrouvé mort, empalé sur son propre sécateur. Inévitablement, policiers et journalistes accourent. Mais une fois l’affaire classée, l’animation retombe. Ce qu’il faudrait, c’est que ce cadavre inopiné soit le premier d’une longue série. Voilà qui fascinerait les curieux, mystifierait les enquêteurs, ferait couler l’encre et, surtout, mettrait enfin Mandeville sur la carte ! Et c’est ainsi qu’un esprit dérangé et légèrement mégalomane décide d’inaugurer la saison de la chasse… »

Source : quatrième de couverture.

 

Quoi faire quand ton village décline et que tu ne sais plus quoi faire pour attirer les gens? Pourquoi pas un meurtre… et un autre… et…

C’est ce que raconte avec brio l’auteur André Marois dans ce roman noir qui malgré l’horreur de cette technique marketing, entraîne le lecteur dans une fascination coupable, mais jouissive.

Si vous avez envie d’un personnage un peu décalé, mais pétri de bonnes intentions douteuses ou d’une histoire noire et cocasse à la fois, partez pour Meurtreville sans hésiter!

Celli

 

 

La Bouquinière

Betty Crocker

The secret life of America’s first lady of food de Susan marks

(Simon and Schuster, 2005)

 

Dernièrement, je me suis lancée dans la lecture de biographies romancées ou pas de grands chefs et de grandes cheffes : Julia Child, Jehane Benoit, Buddy Valastro et Betty Crocker. Eh oui! Betty a sa biographie bien qu’elle ne soit qu’un concept publicitaire, un nom sur un produit.

Dans ce livre, Susan Marks nous raconte comment on a fait de Betty Crocker un être avec qui l’on peut communiquer. Tout a commencé par un concours sur un emballage de farine Gold Medal… il s’agissait de rassembler les morceaux mélangés d’un casse-tête pour gagner un prix. Cependant, les dirigeants de la compagnie ne s’attendaient pas à ce que des femmes leur écrivent pour des questions précises sur l’utilisation de leur produit. Ce furent les premiers pas de Betty dans le monde des vivants. Elle a ensuite acquis une signature que nous voyons toujours sur les emballages de mélange à gâteau puis une émission de radio et une équipe de spécialistes en économie familiale pour répondre aux nombreuses questions, et cetera.

Avec la télévision, on lui a donné un visage sans oublier une équipe de développeurs au sein des cuisines de la compagnie qui ont essayé des recettes salées ou sucrées regroupées dans des livres de recettes pour le bonheur des cuisinières. À une époque, il était même possible de visiter les cuisines! Mais plus maintenant, le secret industriel ayant pris le dessus sur la communication.

Je crois que secrètement, j’aurais aimé (j’aimerais?) travaillé au développement, à la création de recettes au sein d’une compagnie pour amener plus loin les produits qu’ils soient frais ou transformés. Rien ne me fait plus plaisir que de découvrir un petit livret de recettes à l’achat d’un produit ou pour être moderne, de devenir amie Facebook avec les producteurs laitiers par exemple, pour grappiller des recettes. Alors il me vient une idée…

Plongez dans la lecture de ces biographies, vous pourriez être surpris.

Celli

 

Autres suggestions :

  • À la découverte de Jehane Benoit de Marguerite Paule et Marie Desjardins (Éditeurs réunis, 2012)
  • Cake boss : stories and recipes from mia famiglia (FreePress, 2010)
  • My life in France de Julia Child et Alex Prud’homme (Alfred A. Khopf, 2006)

 

Gâteau des anges

La Bouquinière

Benoîte Groult

Ainsi soit Benoîte Groult de Catel

Grasset, 2013

De lire l’histoire de la vie extraordinaire de Benoîte Groult imagée par Catel a été un plaisir de tous les moments. Trois cent vingt-six pages de pur bonheur.

Je n’ai jamais été déçue par Benoîte, depuis ma lecture d’Ainsi soit-elle jusqu’à  cette bande dessinée bio-graphique où on y revisite tant son histoire personnelle que celle des femmes. Dans ce roman graphique, Catel a su rendre avec brio tant l’amitié qui se développe entre elles que son travail de bédéiste à l’instar d’Étienne Davodeau dans Les ignorants (Futuropolis, 2011). Les planches, stimulantes et attrayantes, sont entrecoupées des croquis de Catel qui imagent les paysages et les lieux où se situent l’action.

Une histoire à lire pour sa qualité mais aussi afin de se rappeler que la lutte des femmes pour l’égalité est un combat de tous les instants.

Bonne lecture !

Celli

P.S. Prochaine lecture: Olympe de Gouges de Catel et Boquet (personnage qui revient d’ailleurs épisodiquement dans les pages du roman graphique sur Benoîte Groult).