Les Muses

Melpomène

Melpomène, Muse de la tragédie

Directrice des ressources humaines à la poigne de fer, elle aurait dû laisser son emploi pour s’occuper de ses parents vieillissants. Elle est bénévole au Festival du printemps.

Voici ce que serait la prémisse, l’introduction du roman de sa vie… aujourd’hui.

« Elle est assise sur un banc dans un parc, devant elle l’immensité du fleuve, calme en ce jour de juillet. Elle perd son regard dans le paysage de l’autre rive et soupire. « Coeur qui soupire n’a pas ce qu’il désire.  » lui répétait souvent sa mère. Elle ne le lui répéterait plus, elle était partie rejoindre son Paul depuis six mois déjà. Six mois qui lui paraissent aussi longs que les dix années qu’elle avait consacrées à la vie d’Huguette, sa mère. De femme de carrière aguerrie, elle était passée sans préavis à un travail d’assistance, de soins et de repli. Plusieurs fois par jour, elle se demande « qu’est-ce que je vais faire de ma vie maintenant ? » C’est là sa tragédie. Pas celle des années consacrées à aider, pas celle de la perte de son travail, pas le fait qu’elle a si peu vu ses propres enfants, pas celle de la perte de personnes qu’elle a aimées, même pas la solitude qui l’accompagnait dans sa vie hors du monde. Non sa tragédie, c’est qu’elle ne sait plus vivre… Qu’elle ne sait plus comment faire. Telle est sa tragédie ! »

 

Sa tarte préférée : La tarte aux raisins

IMG_20180214_144745

 250 ml (1 tasse) de raisins

250 ml (1 tasse) de sucre

15 ml (1 c. à soupe) de beurre fondu

Jus d’un citron avec zeste

1 oeuf battu

1 pincée de sel

1 abaisse de pâte sucrée

Mélanger tous les ingrédients dans l’ordre donné.

Verser le mélange dans l’abaisse de fond et couvrir de l’autre abaisse.

Cuire à 400°F (200°C) pendant 15 minutes.

Baisser le four à 350°F (180°C) et continuer la cuisson pendant 15 minutes.

°
Les Muses

Calliope

Calliope, Muse du bien-dire et de l’éloquence

Serait aujourd’hui animatrice radio de l’émission matinale du village. Très populaire au sein de la communauté, elle serait cette année la porte-parole du Festival du printemps.

La voici en poème

 

Calliope

Muse du bien-dire et de l’éloquence

Sa voix voyagerait à travers les ondes

Sortant des rêves de la nuit

Un auditoire jadis en dormance

Qu’elle accompagnerait avec brio

Dès les premières lueurs de l’aube

Dans le dédale des intrigues

Peuplant l’actualité de ce nouveau jour

Celli

 

Sa tarte préférée : La tarte au chocolat

.Tarte au chocolat

Tarte au chocolat

Source : Les desserts de patrice. Patrice Demers. Éditions de l’Homme, 2012.

Crème Chantilly
500 ml (2 tasses) de crème 35 %
80 ml (1/2 tasse) de sucre
5 ml (1 c. à thé) d’essence de vanille
Fouetter la crème en y ajoutant lentement le sucre et la vanille.
Continuer de fouetter jusqu’à ce que la crème forme des pics mous.

Morceaux de chocolat pour décorer

 

Les Muses

Les Muses

Pour la saison estivale, je me suis plu à imaginer la vie qu’auraient eue les neuf muses grecques si elles avaient vécu à notre époque. Dans leur charmant village sur la rive sud du fleuve Saint-Laurent, elles auraient pratiqué un métier selon leur personnalité et leurs attributs, mais elles auraient surtout contribué à la vie communautaire de leur village. Et pour les besoins de cet exercice, cela passe par le grand événement qu’est le Festival du printemps! Le tout avec beaucoup de liberté et en utilisant divers modes d’écriture. Ah oui! J’oubliais presque, elles ont un penchant bien gourmand pour les tartes! 😊 Découvrez la préférée de chacune.

 

Pâte de base: La pâte sucrée

 250 ml (1 tasse) de farine

50 ml (1/4 tasse) de sucre

0,5 ml (1/2 c. à thé) de sel

125 ml (1/2 tasse) de beurre froid

1 jaune d’oeuf

2 ml (1/2 c. à thé) de vanille

 Mélanger la farine, le sucre et le sel au malaxeur (feuille) ou à la main.

Ajouter le beurre et sabler au malaxeur ou au coupe-pâte.

Ajouter le jaune d’oeuf et la vanille et mélanger.

Refroidir la pâte avant de l’abaisser.

Donne deux grands fonds ou 4 abaisses doubles.