Récit

Bonne fête Celli!

La naissance est un événement heureux et c’est sûrement pour se rappeler ce jour spécial que tous les ans, on le célèbre sinon le souligne.

Qu’il soit paisible, joyeux, schizophrénique, surprenant, solitaire, il vient nous rappeler que notre existence sur terre a maintenant une année de plus à rapporter à l’histoire de sa vie.

Qu’on aime ou pas se faire rappeler qu’on vieillit, il n’en demeure pas moins que de savoir qu’on se souvient de vous ne serait-ce que quelques minutes par an, nous ancre dans le monde.

Ce petit velours que nous font les vœux qu’ils soient virtuels, sur papier ou en personne reste un souvenir fameux qui ne nous quitte pas même si parfois, il se retrouve archivé derrière un ensemble d’événements quotidiens.

Et que dire des rencontres que l’on organise pour célébrer le jubilaire ? J’adore concevoir des fêtes à l’image de la personne qui vient d’ajouter une bougie à son gâteau. Même la mienne, j’aime l’organiser pour être entourée de ceux que j’aime. Cela ne m’empêche pas de rêver d’une surprise-party où je n’aurais qu’à savourer l’honneur qui m’est fait.

Comme le jour de mes dix ans où ma mère avait réuni tous mes amis et qu’on avait fêté pas mal tard pour un jour d’école. J’en ai gardé de précieux souvenirs. Et c’est probablement pour cela que je passe une bonne partie de mon temps à lire sur les fêtes et les anniversaires et que j’aime partager toutes ces connaissances avec le monde entier, tient!

À tous et à chacun, je souhaite que votre anniversaire ou prochain anniversaire soit le plus heureux et qu’il enrichisse vos souvenirs pour très longtemps.

Celli

Poésie

Ça va être ma fête!

Je réfléchis
À la vie

À ma vie
Je m’interroge

Et ma tête s’engorge

Aussi fort qu’un feu de forge
Je souffre

Mon cœur au fond du gouffre

Odeur de souffre
J’explose

Tel un élan de ménopause

Parfois en psychose
Je me perds

Dans un dédale pervers

Sans somnifère
Je bannis

Tous les on-dit

Sans soucis
Je me sens bête

D’avoir laissé ma tête

Prendre la tête
Je réarrange

Tous les désirs de change

Que j’engrange
Je profite

De cette faillite

Pour repousser les limites
Et enfin, je me lance

En jouissance

Dans la décadence
Celli