Récit

Fondue chinoise

Dans ma famille, la fondue chinoise – qui n’a rien de chinois d’ailleurs – est l’occasion de se réunir autour de la table et de rire, fêter, se délecter toute la soirée durant.

Quelque part dans les années 1980, lorsque les fondues bourguignonne et chinoise ont fait leur arrivée sur nos menus, on y a vu l’occasion d’enfin tous s’asseoir autour de la table sans que nos mères aient à servir les assiettes et doivent manger rapidement avant de passer au prochain.

Je crois que c’est à partir de ce moment-là que nous, pauvres idiots heureux, avons pris conscience du travail accompli par nos mères lors des soupers des fêtes. J’avoue! Ce n’est que bien des années plus tard lorsque nous sommes tous sortis de l’adolescence que nous avons vraiment agis afin qu’elles puissent profiter des repas de fête en famille elles aussi.

Nous avons alors multiplié les thèmes, les chefs, les préposés aux services, les plats à faire, et cetera. Mais lorsque le temps nous manquait, lorsque nous voulions simplement nous voir sans flaflas, la fondue chinoise s’imposait d’elle-même. En quelques minutes, on organisait le tout pour ensuite — tous assis autour de la table – profiter des plaisirs du moment présent.

J’y pense… C’est pour quand la prochaine fondue?

Celli

https://cellirelcenecrivaine.wordpress.com/2016/05/15/menu-gastronomique-facile-1986/