Fêtes et événements, Fêtes et événements, Menus et recettes

Menu pour fêter l’Halloween

Trempette dégoulinante et ses morceaux légumineux

Tibias de Zombies et autres os deux couleurs

Sang de citrouille en boudin

Cimetière marbré accompagné de citrouilles soufflées

###

 

Trempette dégoulinante et ses morceaux légumineux

125 ml (½ tasse) de mayonnaise

125 ml (½ tasse) de ketchup

1 pincée de cayenne

5 ml (1 c. à thé) de paprika

15 ml (1 c. à table) de pâte de tomates

2 à 3 gouttes de sauce tabasco

Mélanger tous les ingrédients et réfrigérer 1 heure avant de servir.

A À publier trempetteAssiette de crudités :

Yeux de zombies (petite tomate)

Bras de zombies (Céleri frisé)

Tibias (Navet)

Cerveaux (chou-fleur)

 

Sang de citrouille en boudin

 1 boîte de 540 ml (16 onces) de purée de citrouille

62 ml (1/4 tasse) d’huile d’olives

225g (8 onces) de bacon en cubes

4 œufs

375 ml (1 tasse ½) de crème à fouetter 35%

5 ml (1 c. à thé) de paprika

2.5 ml (1/2 c. à thé) de sauge en poudre

30 ml (2 c. à soupe de beurre)

Sel et poivre

Chauffer le four à 190°C (375°F).

Faire cuire le bacon dans un poêlon.

Pendant ce temps, mélanger dans un bol, la purée de citrouille, les œufs, la crème, le paprika et la sauge.

Beurrer 4 ramequins individuels ou un moule à pain.

Verser le mélange dans le ou les moules.

Ajouter les morceaux de bacon et cuire au four environ 20 minutes.

 

Tibias de Zombies et autres os deux couleurs

Dans un sac refermable, mélanger

30 ml (2 c. à soupe) d’huile d’olive

125 ml (1/2 tasse) de ketchup

62 ml (1/4 tasse) d’eau

62 ml (1/4 tasse) vinaigre de vin rouge

62 ml (1/4 tasse) de miel ou sirop de maïs ou d’érable

30 ml (2 c. à soupe) de cassonade

15 ml (1 c. à soupe) de moutarde de Dijon

15 ml (1 c. à soupe) de sauce Worcestershire

5 à 10 gouttes de Tabasco

Sel et poivre.

Placer les pilons dans le sac.

Agiter pour bien couvrir les pilons et laisser mariner penadant au moins 1/2 heure.

Chauffer le four à 200°C (400°F).

Placer les pilons sur une plaque munie d’un papier parchemin.

Conserver la marinade pour plus tard.

Cuire environ 40 minutes. Tourner à mi-cuisson.

Environ 10 minutes avant la fin, badigeonner les pilons avec la marinade.

Terminer la cuisson.

Les pilons seront cuits lorsque la température interne du poulet atteindra 90°C (194°F) au thermomètre à viande.

 

Frites patates blanches et patates douces.

 

Cimetière marbré accompagné de citrouilles soufflées

 425 ml (1 tasse 3/4) de farine tout usage

15 ml (1 c. à table) de poudre à pâte

2,5 ml (1/2 c. à thé) de sel

125 ml (1/2 tasse) de beurre

250 ml (1 tasse) de sucre

2 oeufs

5 ml (1 c. à thé) d’essence de vanille

175 ml (3/4 tasse) de lait

1 carré de chocolat mi-sucré fondu et tiédi

Placer la grille au centre du four et préchauffer à 180°C (350°F).

Beurrer un moule carré de 22 cm (9 pouces).

Dans un bol, mélanger la farine, la poudre à pâte et le sel puis réserver.

Dans un bol, au malaxeur ou à la mixette, défaire le beurre en crème avec le sucre, les oeufs et la vanille jusqu’à l’obtention d’un ruban (environ 6 minutes).

À basse vitesse, ajouter les ingrédients secs en alternant avec le lait. Terminer avec les ingrédients secs.

Séparer la pâte en deux portions. À la première, ajouter du colorant orange et è la deuxième, le chocolat fondu.

Verser dans le moule en alternant le mélange de chocolat et le mélange orange puis à l’aide d’un couteau, créer un effet marbré en formant des zigzags.

Mettre au four et cuire pendant 30 minutes où jusqu’à ce qu’un cure-dent inséré au centre du gâteau en sorte propre.

Laisser refroidir.

 

Glace au chocolat

75 ml (1/3 tasse) de beurre doux
1 oeuf
500 ml (2 tasses) de sucre à glacer
5 ml (1 c. à thé) d’essence de vanille
2 carrés de chocolat non sucré

Faire fondre les carrés de chocolat et laisser refroidir.

Défaire le beurre en crème puis ajouter l’oeuf.
Ajouter le sucre à glacer graduellement et battre jusqu’à ce que la glace soit bien amalgamée.
Ajouter la vanille.
Ajouter le chocolat refroidi et mélanger jusqu’à ce que la glace soit lisse.

 

Décorations

Biscuits Oréo

Dans un sac refermable, défaire en petits morceaux assez de biscuits Oréo pour couvrir le dessus du gâteau.

Vers de gélatine

Pierres tombales de riz croustillant (Rice Krispies)

 

Montage

Glacer le gâteau avec la glace au chocolat.

Saupoudrer des morceaux de biscuits Oréo.

Décorer avec des vers et des pierres tombales faites de carrés de riz soufflé (Rice Krispies).

A À publier Gâteau

 

Citrouilles soufflées

Préparer une recette de carrés au riz soufflé (Rice Krispies) en suivant la recette sur la boîte.

Conserver une petite portion du mélange le pédoncule des citrouilles puis, colorer orange le mélange.

Former une boule et déposer-les dans un moule à muffins. Pousser au centre de la boule avec le pouce pour former une petite cavité où sera inséré le pédoncule de la citrouille.

Colorer la petite portion de riz soufflé en brun et former des pédoncules.

Placer-le dans la cavité faite sur la citrouille.
A À publier Citrouilles croustillantes

Fêtes et événements, Récit

Halloween

Des premières fois où j’ai passé l’Halloween, je me souviens surtout de la noirceur. Les lampadaires de rue étaient rares et entre les maisons, il y avait des espaces de pénombre d’où pouvait si on avait envie d’y croire surgir un feu-follet ou un loup-garou.

Heureusement, nous étions un bon groupe d’amis qui cheminait ensemble allant dans les maisons du voisinage pour recueillir le plus de bonbons et mini barres de chocolat possible. Les pommes nous intéressaient peu, elles finissaient la plupart du temps en compote. Avec le temps, nous avions appris à quels endroits nous recevrions les meilleures friandises.

Encore aujourd’hui, je me souviens de la sensation étrange qui me tenait au ventre. Elle avait quelque chose qui relevait tant de la peur que de la bravoure. En personnifiant quelqu’un d’autre pendant quelques heures, je devenais plus courageuse même devant la possibilité qu’un feu-follet ou un loup-garou émerge d’un fossé obscur. Il suffisait de rester sur le chemin. Enfin, sur l’accotement du chemin, puisqu’en en bordure de la route nationale, le danger vient plus souvent des machines que des personnages de légende.

Je me souviens tout particulièrement de la dernière année où j’ai passé l’Halloween puisque je l’ai fait deux fois.  Avant le souper avec mon petit frère pour ensuite recommencer avec une amie qui habitait au village. Ce soir-là, j’ai certes reçu le double de bonbons, mais sans l’atmosphère nocturne que j’aimais tant. Car en plein village, la lumière est telle qu’elle chasse toute la noirceur. Je me suis quand même bien amusée même si entre les habitations, il n’y avait pas d’obscurité insondable pour donner à la légende une chance de se matérialiser.

La chose s’est reproduite des années plus tard avec mon fils. En ville, les lampadaires sont si nombreux qu’aucune noirceur ne peut entretenir ce frisson halloweenesque. Pas même le spectacle de fumée et de mains sortant d’outre-tombe que faisait un voisin du quartier! Et c’est bien dommage parce que la nuit de l’Halloween tout est possible et que trop d’éclairage tend à chasser la légende.

Celli

P.S.

Légende des feux-follets http://touslescontes.com/biblio/conte.php?iDconte=371

Légende du loup-garou http://touslescontes.com/biblio/conte.php?iDconte=589

Fêtes et événements, Récit

Halloween

Passer l’Halloween… Rien de mieux pour égayer les jours de classe qui semblent si longs avant le congé d’étape et l’effervescence de Noël. Se déguiser, se réunir avec les amis, passer de maison en maison et espérer que cette année, nos parents nous laisseront aller encore plus loin.

J’ai adoré ces soirées passées à espérer les petites barres de chocolat et les mini boites de gommes chicklets plutôt que de recevoir des pommes qui nécessairement seront poquées à l’arrivée. On avait nos maisons préférées où les bonbons étaient excellents et qu’aucune chanson n’était nécessaires pour les recevoir. Et si une chanson était nécessaire, on espérait du moins avoir le choix. Je me souviens d’avoir chanté Que calor la vida de Marie Laforêt juste pour des bonbons dans une mini sacoche. Eh oui! Déjà à un très jeune âge, j’étais prête à faire des bassesses pour un sac J.

Et puis, j’ai grandi et l’Halloween s’est transformée en party jusqu’à ce qu’arrive mon fils et qu’à son tour, il fasse le tour des maisons. À Lévis, où nous habitions à l’époque, il y avait dans notre quartier une maison qui dès les premiers jours d’octobre, se parait de tous les atouts pour un décor spectaculaire et effrayant. Tombes, fumée, citrouille géante et propriétaires terrifiants. Pas tant que cela, puisque les citrouilles de plastique remplies de surprise rendaient les enfants plus… courageux.

Ceci avait comme effet pervers que le quartier se retrouvait envahi par les badauds d’un peu partout juste pour voir le show. Et qu’ils passent tous devant notre maison sans s’arrêter, me laissant la première année avec une centaine de sacs de bonbons non distribués!!?!?

C’était quand même une belle période! Une période dont je maintiens les bons souvenirs en sculptant au moins une citrouille, histoire de se mettre dans l’ambiance, tout en cuisinant.

Celli  🙂