Menus et recettes, Poésie

Mois d’hiver

Février

Ta froideur lunaire blesse la peau

Février

Ton nordet me traverse

Février

Tu me rends mélancolique

Et pour cela, je te hais

Février

Ton air arctique me gèle le cerveau

Février

Tes effets de glace me renverse

Février

Tu me rends laconique

Et pour cela, je te hais

Pourtant

Ta neige qui brille de mille feux

Donne à l’horizon

Une allure d’infini

Et à la nuit

Une atmosphère

Assourdie

Paisible

Propice au ravissement

Février

Je te hais moins

Février

Mars s’en vient

Enfin…

Celli

Pour se réchauffer, une soupe chaude et réconfortante

Soupe poulet, riz et poireaux

Soupe poulet et riz

Source : Cedar Cove Cookbook de Debbie Macomber, Harlequin, 2009, p. 139.

Pour une version française sans le riz :

https://lepoulet.qc.ca/fr/nos-recettes/soupe-aux-poireaux-et-poulet-/2319

Les envolées de Celli

La météo

 

Hier en plein mois de janvier, je suis sortie sans tuque et sans gants, mais avec un parapluie!? La veille, il a fallu pelleter le 15 cm de neige qui était tombée dans la nuit. Et juste avant, le mercure est descendu jusqu’à moins 21°C, facteur vent moins 34°C. La température joue ainsi avec nous depuis le début de l’hiver.

Disons que les changements climatiques déstabilisent un peu les notions générales de la météorologie hivernale québécoise connue jusqu’à ce jour. Ces notions souvent reçues de nos ancêtres qui en regardant la nature, pouvaient prévoir le temps qu’il ferait. Aujourd’hui, les météorologues ont des outils très sophistiqués pour développer des modèles de température tenant compte d’un ensemble de facteurs.

Cependant, il n’y a rien qui vienne titiller mes nerfs comme les météorologues de salon. Ceux qui regardent la température à long terme et qui capotent sur le temps qu’il fera dans trois, quatre, dix jours… C’est de la divination rendu là. Ou entendre un animateur de radio commenter l’alerte tempête en détail pendant presque vingt minutes. Vingt minutes à divaguer sur la neige qui tombera dans la nuit, suivi de pluie avec possibilité de verglas entre les deux et à extrapoler le trafic du lendemain matin. Finalement, cette alerte météo a été moins fulgurante que sa description. Il fallait simplement être prudent comme dans n’importe quel soubresaut de l’hiver.

Autrefois, à l’hiver, tout ralentissait. On vivait avec les possibilités d’actions que la saison offrait. Aujourd’hui, tout va beaucoup trop vite et rien ne doit nous ralentir et surtout pas l’hiver. Il y a un principe de prudence qui n’est pas réellement permis de mettre en oeuvre. Il y a une règle non écrite qui nous précipite dans le sortir et se mettre en péril parce que si tu ne le fais pas, il y a autant de risques que si on reste en sûreté chez soi.

Enfin, je rêve de vivre l’hiver pour ses beautés, son air frais et revigorant, son défoulement extraordinaire tout en me sachant en sécurité bien au chaud et pour l’opportunité qu’elle me donne de ralentir.

Celli