Des chiffres et des lettres

Des chiffres et des lettres

Juin, prémisse de l’été!

 6495 pas

C’est le nombre de pas que j’ai fait samedi dernier pour me rendre sur les Plaines d’Abraham et admirer le fleuve avant d’aller danser sur le kiosque Edwin Bélanger et revenir par la rue Cartier faire le plein de sucreries. 

 

Nicole et Roger

Quelle tristesse que la mort des comédiens Nicole Leblanc et Roger Moore en mai dernier. Tous deux à leur manière ont marqué le monde du grand et du petit écran. Des rôles comme Rosanna Saint-Cyr ou Bella Cormoran, personnages de femmes fortes et inspirantes. Je ne me lasse pas de regarder les reprises de ces deux téléromans et que vous le croyiez ou non, j’y découvre de nouvelles choses à chaque fois. Et que dire de James Bond et Simon Templar… beau, courageux et doté d’un sens de l’humour particulier. Rien de mieux qu’un James Bond les soirs de spleen.

 

120 minutes

Temps que j’ai passé à écouter sur Ici Explora le documentaire Global sushis de Jean-Pierre Canet et Jean-Marie Michel, réalisé par Canet et  Damien Vercaemer raconte à travers la pêche et la mode des sushis le paradoxe alimentaire de notre siècle. Intéressante réflexion sûre notre gourmandise incessante devant ce que nous offre la nature.

 

 House of cards

Toujours aussi bien fait, mais plus aussi fascinant. Peut-être avais-je trop d’attentes?

 

4

C’est le numéro du tome des Vieux fourneaux  de Lupano et Cauuet (Dargaud depuis 2014) que j’attends avec impatience. Si vous ne l’avez pas encore fait, jetez-vous sur les trois premiers tomes. Vous y rencontrerez des aînés irrévérencieux et les jeunes qui les côtoient.

 

Celli

Fêtes et événements, Les envolées de Celli

La rentrée

Je suis allée à l’école longtemps et souvent, car j’aime apprendre. Cette année, il n’y aura pas de rentrée pour moi. Je vais tout simplement voguer sur mes connaissances quelques années et m’en servir à toutes les sauces. Sauce sucrée, sauce salée, sauce de mots, sauce d’idées, sauce d’émotions.

Mais la rentrée, c’est aussi celle de la télé. Celle qui nous raconte des histoires qui nous touchent, nous font rire ou nous énervent carrément. J’adore les histoires. J’en lis, mais j’en écoute aussi beaucoup. Perte de temps? Parfois oui. Parfois non. Il y a des bijoux à découvrir.

Comme Nouvelle adresse de l’auteur Richard Blaimert dont j’ai eu la chance de voir l’épisode 1 de la troisième saison. Toujours aussi saisissant d’émotions. Ou House of cards avec l’excellent Kevin Spacey que je reprends avec tant d’impatience tous les mois de février. Et il y a tant de nouveautés à découvrir!

Oui, il y a certains jours où je passe trop de temps devant le petit écran, devant les écrans. Je suis une multitâche de l’écran 😎. Mais bon, je m’assume ces jours-là parce qu’il y en a tant d’autres où j’écris, je cuisine, je fais des recherches, je lis… Souvent avec la télé en sourdine.

J’ai besoin d’être entourée de sons pour vivre. Quelques minutes de silence le matin et me voilà prête à entendre mon environnement. La scie à onglet du voisin, les camions dans la rue, les enfants jouant au loin dans la cour de l’école primaire, le son de mon malaxeur, une conversation entre voisins, les chats et les oiseaux ou ces derniers jours, une pomme qui tombe lourdement de l’arbre. Tous ces sons me confortent lorsque je travaille, ils m’aident à réfléchir. Quoi de mieux que de lever la tête pour étoffer une pensée et de regarder par hasard un chef qui exécute une recette qui semble délicieuse ou un bout de film qu’on a déjà vu, mais dont la meilleure réplique arrive. Ou de créer des phrases charmantes en chantant par dessus la musique que j’écoute. Ou de mettre en place mes idées dans un café et d’espionner — même si ce n’est pas poli — ce qui se dit à la table d’à côté.

Bref! Ça me prend du son. Et la rentrée télé m’offre tout ce dont j’ai besoin.

Celli

P.S. Il y a tout de même un bruit qui me dérange un peu, qui ne fait pas zen dans ma sélection de sons d’atmosphère : la scie à onglet de mon voisin!