Des chiffres et des lettres

Des chiffres et des lettres

« Quand la Chandeleur est claire, l’hiver est par derrière ; quand elle est trouble, l’hiver redouble. »

350

C’est le rang que j’ai obtenu à la bibliothèque en réservant Affaires privées de Marie Laberge. Je devrais pouvoir le lire d’ici l’été…
Sucre

Élément naturel ou transformé? Plus méchant que le gras? Cuisine sucrée maison ou production industrielle? Aliment aux multiples dénominations, le sucre est devenu aujourd’hui l’ennemi numéro un à abattre. Le gras serait même devenu bon pour la santé alors qu’à une époque, ma mère cuisinait sans gras et sans sel pour mon oncle atteint d’une maladie cardiovasculaire. Aujourd’hui, devrait-elle remettrait gras et sel pour couper plutôt le sucre. En tant que chef pâtissière, suis-je devenue la méchante de l’histoire? Ou suis-je celle qui par ses recettes et son expérience peut permettre un peu de sucre dans la vie des gens? Le réconfort d’une friandise sucrée? La surprise du gâteau d’anniversaire? Des moments doudou, de temps en temps, sans excès et le plus naturellement possible. Peut-on encore espérer un équilibre? Est-ce que l’industrie a tant exagéré qu’elle cause à la fois notre déchéance et la sienne? Sincèrement, j’en perds mon latin. 

« Les glucides sont notre première source d’énergie, donc le but n’est pas de couper tout le sucre. Mais simplement de limiter son apport excessif en dehors des aliments frais. » Olivier Bernard, Le Pharmachien (p, 75, tome 3, Éditions Les malins, 2017)

Voilà qui porte à réfléchir…
28

Il y aura bientôt un an, le 28 janvier, je disais au revoir à ma maman entourée de gens que j’aime.
Rustique

Relatif à la campagne : La vie rustique.

Qui est d’un style traditionnel : Du mobilier rustique

Se dit aussi d’une manière libre et sans équerre de cuisiner : Ces carrés aux cerises sont rustiques.
10-52-5

Dixième livre sur la dernière tablette de ma bibliothèque, page 52, ligne 5 :

« [Ça] se donnait pour un documentaire et nous autres on y croyait… » en parlant d’un film qui s’intitulait Cannibal Holocaust.

La nuit des morts-vivants de François Blais (L’Instant même, 2011)
Celli

Les envolées de Celli

Libres bibliothèques

La petite bibliothèque

  img_20161125_132943

Depuis quelques années, poussent telles de nouvelles fleurs au printemps de petites bibliothèques libres d’accès où chacun peut déposer ou emprunter des livres. Tout près de chez moi, il y en a trois. Elles sont là pour favoriser la lecture et permettre l’échange de livres en toute liberté.

Chaque fois que je passe près d’une de ces petites bibliothèques, je ne peux m’empêcher d’y fouiner. Je ne prends pas toujours quelque chose et il n’y a pas toujours des trésors, mais j’y ai fait parfois de belles découvertes comme lorsque j’ai retrouvé un vieux livre de recettes qui m’a inspirée.

La semaine dernière, je suis justement allée y déposer quelques livres qui j’espère feront le bonheur du suivant. Autant j’ai aimé garnir chez moi des bibliothèques de livres au cours des années, autant maintenant, je ne conserve que les livres d’amis auteur, qui ont marqué mon histoire ou pour qui j’ai une passion inexplicable.

Ne voyez pas en ces livres que j’abandonne quelque chose de sans valeur pour moi ou la postérité. Non au contraire! Mes critères de conservation sont purement dictés par mon esprit du moment.

Tout ce que je veux au final, c’est que les livres tant les bons que les moins bons puissent bénéficier d’une nouvelle vie, d’une nouvelle chance. Et c’est pourquoi je les dissémine sur le territoire au gré de ces petites bibliothèques.

J’ose espérer qu’en faisant cela, je contribue à faire vivre la littérature plus loin encore… Les livres je les aime depuis toujours et de leur permettre d’exister librement est selon moi une grande preuve d’amour.

 

Celli

img_20161125_132933