La Bouquinière

Une imparfaite amitié

 

Une imparfaite amitié

Mylène Bouchard

Éditions La Peuplade, 2017

En entrant dans la librairie, j’ai aperçu l’image d’un bateau voguant sur la couverture et ça m’a intriguée. Gènes familiaux obligent! En lisant le quatrième de couverture, j’ai reconnu les mots Amanda Transport. La goélette, les goélettes que mon père avait si souvent reproduites. Les souvenirs ont alors afflué, le voyage à l’Ile-aux-Coudres pour photographier les goélettes, les clients qui voulaient des répliques avec ou sans pitounes, les marins et leurs histoires.

En payant, ma libraire m’a assuré que j’apprécierais la lecture de ce livre. Et elle a eu raison tant la forme éclatée du roman que le récit que fait une mère à sa fille. Il y a d’abord Amanda, cette mère qui tient son nom de la goélette de Laurent Tremblay et les gens qu’elle a côtoyés tout au long de sa vie à la fois sédentaire et errante, suivant une morale bien à elle qui nous amène sur les flots de sa vie à l’instar de ces bateaux qui ont sillonné le Saint-Laurent pendant tant d’années.

Dans l’écriture fluide et vibrante de Mylène Bouchard, les propos d’Amanda à sa fille sontà la fois réflexifs et en mouvement. Il n’est pas linéaire, on s’y aventure comme dans un labyrinthe rempli d’émotions, alliant amour et amitié, sans déterminer réellement lequel est le plus prolifique dans une vie. Quoique…

Une belle lecture qui m’a ramené à mon enfance et à ce merveilleux documentaire de Pierre Perrault Les voitures d’eau (https://www.youtube.com/watch?v=T2iTnOL-XJ4). C’est pour dire qu’une lecture ne vient jamais seule…

Celli